Sur les traces de Corto (1)

Jean-Maurice Durand s'était fait discret sur le site depuis ses participations aux dossiers sur les numéros spéciaux du Tour de France et les Ludo trimestriel, il faut dire qu'il revient de voyage en Afrique pour son travail et en a profité pour nous réaliser un reportage que nous venons de recevoir. Vous nous direz, quel lien peut-on trouver avec Pif-Gadget ?..

Il s'explique :

"J'étais en effet au fin fond de la Tanzanie où je menais une étude pour le compte de l'UICN (Union Mondiale pour la nature), je suis ingénieur du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (IGREF) et spécialisé dans les régions tropicales (un ingénieur volant en quelque sorte, abonné aux lignes aériennes internationales, etc...). Trêve de plaisanterie, voici un petit reportage qui pourra intéresser les fans de Corto Maltese (dont je suis, depuis la parution dans Pif-Gadget). En effet, j'ai eu la chance de vivre ces derniers mois au bord du fleuve Rufiji, au sud de la Tanzanie, qui a été le cadre d'un épisode méconnu de la première guerre mondiale et qui a servi de toile de fond à l'épisode de Corto Maltese publié dans le n° 217 de Pif-Gadget : "Rufiji Kamarad, les hommes-léopards".

Anecdote étrange : je me suis retrouvé devant un vestige du Koenigsberg (croiseur allemand qui joue un rôle essentiel dans cette histoire) la dernière semaine d'avril 2003, soit 30 ans jour pour jour après que j'aie lu pour la première fois la BD de Pratt dans ce numéro de Pif paru... la dernière semaine d'avril 1973 (date scrupuleusement vérifiée à mon retour dans l'excellent livre de Richard Medioni). La vie a parfois de ces détours amusants...

Tout ceci ayant fait tilt, je me suis intéressé de plus près à cette histoire et voici donc quelques documents la concernant.
"

Sur les traces de Corto...

Les cases ci-contre et ci-dessous sont extraites des pages 31 et 32 du Pif-Gadget n°217 (fin avril 1973). En 1916, Corto Maltese et son ami Tenton arrivent en vue de l’épave du Croiseur allemand Koenigsberg, détruit quelques mois plus tôt par la marine britannique dans le Delta du fleuve Rufiji.

Les britanniques commençaient alors l’occupation du Tanganyika, qui était une colonie allemande avant la guerre et qui deviendrait dans les années soixante la République Unie de Tanzanie, après l’annexion du Sultanat de Zanzibar.

Ci-dessous, deux photos de l’épave du "Koenigsberg" dans le delta du Rufiji, elles nous permettent ainsi de vérifier le souci constant de précision historique chez Pratt : le "Koenigsberg" avait trois cheminées. Celle du milieu a été détruite par le bombardement britannique, comme le montre la photo du bas… ainsi que la BD d’Hugo Pratt reproduite ci-dessus. Ces photos sont extraites d’une petite brochure écrite par Kevin Patience que j’ai dénichée au détour d’une ruelle de Zanzibar.

La photo ci-dessous montre le commandant du "Koenigsberg", le Fregatten Kapitän Max Von Loof.

Utété, District du Rufiji (Tanzanie), fin avril 2003 :

Cette lourde porte de bronze, encastrée dans le béton en guise de trophée par les britanniques après l’armistice de 1918, face à ce qui fut la résidence allemande dans cette région perdue de la Tanzanie, est probablement l’un des rares vestiges du "Koenigsberg " encore visibles de nos jours. Le lieu du naufrage n‘est qu’à quelques kilomètres de ces bâtiments qui sont aujourd’hui le siège de l’administration tanzanienne locale.

Les lecteurs de Corto, qui n'ont sans doute pas été nombreux à se rendre dans ce coin perdu de l'Afrique, pourront vérifier une fois de plus le génie de Hugo Pratt, soucieux des détails propres à créer cette atmosphère indéfinissable des histoires de Corto Maltese...

Jean-Maurice Durand