Ces dossiers sur les gadgets de Pif vous permettront d'en savoir un peu plus sur ces petits objets de prime qui nous ont amusés sans vraiment savoir comment ils étaient découverts, fabriqués ou adaptés. Nous essaierons tout au long de ces articles de vous faire découvrir l'envers de la conception des gadgets de Pif.

En plus de l'expérience professionnelle de Jean-Philippe Cunniet, nous avons notre possession une masse de documentation sous forme de dossiers à exploiter, issue des propres archives des éditions Vaillant, ceux-là même qui ont servi à la fabrication des gadgets.

Un dossier présenté par Jean-Philippe Cunniet et Philippe Baumet.

Gadget n°4 - "Le baromètre magique"

Dès le numéro 4, Pif-Gadget continue son exploration de gadgets innovants et spectaculaires en proposant une carte barométrique. Le gadget surprise de ce numéro sorti le 17 mars 1969 promettait de révéler "la clef de l'énigme du temps" en offrant un véritable baromètre.

gadgetus du n°4 le "le baromètre magique"

Ce gadget était encarté dans les pages du journal et se présentait sous la forme d'un encart de carton imprimé avec une pastille ronde représentant un ballon de baudruche censé changer de couleur selon la météo.

gadget du n°4 le "le baromètre magique"

Le mode d'emploi du gadget indique deux états pour ce baromètre :

La technique de fabrication

Cette carte était sérigraphiée (voir ci-dessous « la technique de marquage ») avec une encre spéciale (les bons de commande disent "encre chromatique").

La commande était confiée à la société parisienne SIP, société de Services Industriels Plastiques (maintenant disparue), spécialisée dans les "impressions en sérigraphie et à chaud sur tous supports", mais elle aurait aussi bien pu se fournir auprès d’autres sérigraphes, si tant est qu’il sachent où se procurer cette « encre magique ».

La technique de sérigraphie

La technique de sérigraphie consiste en la création de plusieurs écrans de soie, dont la surface est perméable à la peinture. En bloquant certaines portions de l'écran, on peut ensuite - à la manière d'un pochoir - faire apparaître une image en appliquant des encres colorées. Un écran différent est utillisé pour chaque couleur employée, la juxtaposition des différentes couleurs créant l'image finale.

De nos jours (2003), les encres thermosensibles peuvent être « appliquées » sur un support (papier, plastique, etc..) avec de nombreux procédés d’impression : lithographie offset, flexographie, gravure et sérigraphie.

Les encres qui « changent de couleur »

Vous avez déjà vu la technologie des encres « qui changent de couleur » sous plusieurs formes :

De nos jours, la technologie utilisée pour fabriquer ou imprimer des encres thermosensibles continuent à évoluer, et elles arrivent dans le secteur de l’étiquetage de produits ("Nivea"), la médecine (thermomètres frontaux, mesure de la cellulite…) ou encore pour de nouvelles applications sécuritaires (billets de banque, badges, certificats d’authenticité…)

Les trois grandes catégories d’encres barométriques comprennent :

  1. Les encres thermosensibles – qui changent de couleur en fonction des variations de températures. Etant donné sa faible précision lors de la mesure de températures, on utilise généralement cette encre avec le principe « trop chaud – ok – trop froid », mais jamais avec une mesure précise réservée aux cristaux liquides.
  2. Les encres photosensibles – qui changent de couleur en fonction de leur exposition aux rayons UV (soleil)
  3. Les cristaux liquides – qui changent de couleur en fonction de la chaleur ambiante, et permettent une très grande variété de couleurs, toutes directement liées à une chaleur précise - une précision qui permet de l’utiliser pour fabriquer des thermomètres à usage médical, que n’offre pas les encres thermosensibles.


Voici deux autres exemples de cartes barométriques « hydro indicatrices » :

Combien ça coûte ?

Actuellement, le coût de 2 kilos d’encre est d’environ $350… Cela revient donc très cher, mais l’effet est tellement « magique » !

Toutes ces encres présentent un effet réversible, et fonctionnent autant de fois que les facteurs extérieurs changent. Certains fabricants étudient la possibilité de fabriquer une encre qui ne changerait qu’une fois ! Cela permettrait notamment certaines applications dans le domaine de la sécurité alimentaire. Dans ce cas, si la couleur est inchangée, cela signifie que le produit sur lequel est apposé une étiquette thermosensible n’a jamais été exposé à une température indésirable.

D’après les fabricants, l’encre thermosensible peut se conserver jusqu’à 6 mois à l’état liquide avant d’être imprimée, et – une fois imprimée – elle devrait fonctionner pendant plusieurs années. Si vous disposez d’un original de ce gadget de Pif, vous vous serez déjà rendu compte que l’effet ne fonctionne plus après 30 ans ! (Cela ne nous rajeunit pas).

Ces encres sont généralement conçues pour être invisibles au « repos » et n’apparaissent qu’après une certaine variation de température. Dans le cas de cette prime (Pif XXX), il s’agit d’encre qui change de couleur. Pour cela, il a fallu mélanger une encre thermosensible (invisible au repos) avec à une autre encre de couleur (pour avoir une couleur au repos). L’effet de la chaleur fait changer de couleur les pigments de la couleur initiale. Par exemple, une encre thermosensible bleue mélangée avec un pigment classique de couleur jaune affichera une couleur verte à température ambiante (bleu + jaune), et une couleur jaune à plus haute température (transparent + jaune). Les pigments thermosensibles passent toujours d’une couleur sombre à une couleur plus claire.

Nous étudierons ensemble tous les autres types d’encres spéciales, lors de prochains articles sur les gadgets Pif.

Comment fonctionnent les encres thermosensibles ?

Les encres thermométriques sont des encres conçues chimiquement pour être sensibles à la chaleur ambiante. De ce fait, on peut (en prenant un peu de liberté) se permettre d’appeler ce gadget un « baromètre ». Normalement, un baromètre est censé « prévoir » la température qu’il va faire. Ici, il s’agit juste de « sentir » la température qu’il fait déjà, et de l’afficher avec une couleur. En quelques sortes, c’est un peu une tricherie. S’il y a un spécialiste des baromètres parmi vous, merci de m’envoyer vos commentaires a ce sujet.

Elle est composée de pigments de couleurs appelés « leuco dyes » qui ont été « encapsulés » pour conserver leurs propriétés « changeantes », avant d’être utilisés comme encre par le sérigraphe. Les « leuco dyes » sont des pigments de couleur qui « fondent » quand ils sont chauffés et perdent leur couleur. Quand ils refroidissent à nouveau, les pigments se solidifient et retrouvent leur couleur d’origine. Si on pouvait observer les pigments, on verrait une réaction proche de celle de la cire que l’on chauffe : elle se « recroqueville » sur elle même.

Pour que ce pigment conserve cette propriété « caméléonesque », il faut qu’il soit « libre » de bouger mais à la fois qu’il soit « retenu » pour ne pas que ces pigments s’échappent dans la nature. Il faut donc les « encapsuler ». Encapsuler (sans vouloir faire de mauvais calembour), c’est un peu le principe du préservatif. Libre de toute réaction chimique à l’intérieur, mais perméable à l’extérieur.

Les pigments de couleur (leuco dyes) peuvent être conçu pour s’activer (changer de couleur) à différentes températures, entre -25° Celsius (-13° Farenheit) et + 66° Celsius (150° Farenheit). De plus, un grand choix de couleur est disponible.

De manière à fonctionner, les pigments nécessitent d’assembler un vrai petit « mécano chimique ». Toutes les propriétés chimiques inter-agissent, jusqu’à offrir le résultat final.

Comment fonctionne la micro-encapsulation ?

« Microencapsuler » une substance signifie protéger une dose infinitésimale d’une substance, liquide ou solide, par une fine membrane extrêmement fine. Le résultat est une suspension acqueuse de millions de microcapsules, de 35 microns de diamètre à peine, chacune d’entre elles préservant les propriétés physiques et chimiques de la substance « encapsulée ».

Selon le pigment qui est ainsi encapsulé, les microcapsules peuvent être rendues résistantes aux contacts extérieurs, ou sensible aux pressions, friction, à l’humidité ou encore à la chaleur.

35 microns c’est environ 10 fois plus que la taille initiale du pigment encapsulé. Il faut donc régler son processus d’impression pour s’adapter à une encre aux particules aussi « grosses » par rapport à une encre d’imprimerie classique, d’où l’importance de faire appel à des imprimeurs spécialisés ayant une grande expérience dans les encres « spéciales » d’imprimerie et de sérigraphie.

Un sérigraphe devra utiliser un cadre de sérigraphie plus « large » sinon l’encre ne traversa pas l’écran de soie. Un imprimeur offset devra déposer plus d’encre sur le papier.
Enfin, les encres de couleurs traditionnelles apposées sur le même support devront être compatibles avec l’encre spéciale thermosensible à apposer, ce qui necessitera quelques tests, voire certains ajustements dans les formulations des encres traditionnelles pour obtenir une meilleur compatibilité. En bref, c’est un vrai boulot de professionnel !

Entre un imprimeur qui n’a pas d’expérience en la matière et qui casse les prix, et un imprimeur expérimenté mais plus cher, il faut souvent choisir le plus cher des deux pour être certain que votre promotion sera réalisée dans les temps et avec le résultat escompté, sauf si vous etes satisfait si votre bleu ressemble à du vert et que la couleur ne change pas à la bonne température… ce que tout bon publicitaire ne peut pas se permettre !

Les fabricants spécialisés

Ces encres « spéciales » permettent aux sérigraphes et aux fabricants d’encre de sérigraphie d’étendre leur gamme de produits, et de se distinguer de leurs concurrents tout en conservant des marges bénéficiaires plus « confortables » que pour les encres « normales » où la guerre des prix fait rage. Pour bien des travaux d’impression, rien ne ressemble plus à une encre rouge qu’une encre rouge… Les couleurs thermosensibles peuvent être une bonne facon de se lancer dans le business des « encres spéciales ».

Ne s’improvise pas qui veut « micro-encapsuleur » ou « fabricant d’encres thermosensibles ». Dans les deux cas, il faut faire appel à des prestataires spécialisés employant des chimistes très compétent. Si de nombreux fabricants d’encre de sérigraphie proposent ces encres spéciales, il n’y a que quelques « encapsuleurs » dans le monde. Mais nous en reparlerons dans un prochain article sur les « gadgets à cristaux liquides » et sur les « encres parfumées ».

Les normes de sécurité sanitaires

Puisque ces encres peuvent être à la portée des enfants, voire en contact de la bouche des enfants ou encore au contact des aliments pour lesquelles elles sont appliquées (un autocollant thermosensible dans un paquet de céréales par exemple), toutes les encres utilisées pour l’impression doivent satisfaire un grand nombre de normes de sécurité sanitaires, dont notamment les normes (Européennes et Américaines) suivantes :

Les gadgets de Pif

Un calendrier thermosensible a nouveau été publié par Pif-Gadget sans insister véritablement sur cette possibilité. Dans le n°200, du 25 décembre 1972, le gadget représentait une boule multiface (un dodécaèdre plus précisément) représentant les mois de l'année illustrés avec les personnages de Pif. Au sommet de ce calendrier, une pastille permettait de connaître les changements de météo.

Les gadgets que nous n'avons pas eus

Si Pif-Gadget fabriquait encore des gadgets, nous pourrions imaginer une figurine de Pif en plastique qui change de couleur en fonction de la température ambiante, et ainsi avoir un véritable "PIF BAROMETRIQUE" en 3 dimensions. Vive les nouvelles technologies plastiques !

Pourquoi ce gadget n'a jamais été réédité ?

Si le baromètre fonctionne en France métropolitaine ou la température est continentale, il serait intéressant de savoir s'il fonctionne dans les Antilles françaises ou au Canada ? Dans ces pays ou la température ambiante est extrême, ne reste-il pas en permanence sur le bleu ou sur le rouge sans aucune variation ? Il faudrait lire le courrier des lecteurs pour s'en rendre compte. C'est surement une des raisons qui a poussé Pif-Gadget à ne pas rééditer ce gadget ultérieurement, sous cette forme.

Les promotions

Le principal intérêt des encres spéciales est de permettre à l’annonceur et à son agence de publicité de concevoir une carte de jeu en parfaite adéquation avec le produit à promouvoir. Voici une sélection de quelques exemples concernant des fabricants de boissons fraîches, de produits à chauffer au micro-ondes ou de textiles à repasser…

Voici quelques utilisations de l’encre barométrique en publicité, ou pour des produits de consommation courante.

1. LES PUBLICITES THERMOSENSIBLES

2. PRODUITS FRAIS

Les fabricants de produits frais (de boissons fraîches principalement) ont souvent utilisé le principe de l’encre barométrique pour créer des petites cartes de jeux promotionnels. Par exemple, des cartes de jeu qui affichent le résultat gagnant apparaît au contact d’une source de froid (bouteille, canette, verre, glacon, glace) : « posez cette étiquette de jeu autour de votre bouteille de coca cola (fraîche) pour voir apparaître le numéro gagnant ».

Voici un exemple d’une boisson en canette où l’encre thermosensible a été apposée directement sur la canette, pour annoncer qu’elle est bien servie à la bonne température.

3. NIVEA

Pour amuser les enfants, Nivea Allemagne (Groupe Beihersdorf) commercialise un shampoing enfants dont l’étiquette change de couleur lorsque l’enfant prend la bouteille dans sa main ou au contact de l’eau. Cette astuce est due à une encre thermosensible offset.


2. LES PRODUITS “MICRO ONDES”

Depuis peu, une encre “très haute température” peut faire apparaître un message uniquement lorsque le produit est chauffé (par exemple au micro-onde !). Le message peut alors également apparaître alors de manière non-réversible.

L’exemple ci-dessous représente une étiquette du sirop d’érable « Hungry Jack » qui doit être passé au micro-ondes avant chaque utilisation.

3. LES ENCRES “FER A REPASSER”

Puisque les encres modernes permettent de « régler » avec une certaine précision la température à laquelle le message caché apparaît, il existe également des encres qui ne se « révèlent » que lorsque la source de chaleur est intense, telle que sous la semelle de votre fer à repasser. Voici un concept interessant pour des cartes de jeux promotionnels pour des produits textiles (chemises, nappes, maison, fer à repasser ou produits pour fer à repasser).

4. LES ENCRES DE SECURITE

Microsoft réalise certains de ses autocollants de sécurité (apposés sur les boîtiers des logiciels du géant informatique) avec un hologramme et une encre thermosensible que les contrefacteurs ont bien du mal à reproduire, et qui permet de déceler les contrefaçons.

Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site de Microsoft : Site Microsoft

1. L'encre thermochromique est une encre thermosensible, qui passe du bleu au blanc lorsqu'on la frotte légèrement.
2. Les entailles qui apparaissent sur le certificat infalsifiable sont de petits trous qui se déchirent lorsqu'on essaie de détacher le certificat de la tranche de l'emballage.
3. Une image masquée est incrustée dans le logo Microsoft. Si vous tenez le certificat près d'une source lumineuse et que vous le penchez légèrement de manière à ce que le bord inférieur soit à hauteur des yeux et le bord supérieur pointé vers la lumière, vous verrez apparaître les lettres «OK».

5. LES ENCRES DE BILLETS DE BANQUE

Une autre application « actuelle » d’une variation de l’encre thermosensible réside dans la fabrication de certains billets de banques. En général, les encres utilisées pour la fabrication de billets de banque offrent un certain niveau de sécurité, car elles ne sont généralement pas commercialisées auprès des imprimeurs traditionnels, de manière à ne pas etre mises à la disposition de possibles faux-monnayeurs. Les fabricants de ces encres savent bien que, s’ils décidaient de commercialiser leurs encres dans le circuit de distribution traditionnel, ils perdraient aussitôt leur contracts – très lucratifs – avec leurs clients banques centrales. Ces encres, parmi lesquelles de nombreuses encres « spéciales » et notamment thermosensibles, sont donc considérées comme « secrètes ».

Le 20 Juin 2002, la banque centrale américaine (FED, Federal Reserve) annonçait la fabrication prochaine de billets de $20, $50 et $100 dollars américains thermosensibles !
Le sujet mériterait d’ailleurs un article complet, car ces billets vont utiliser une toute nouvelle encre : elle change de couleur en fonction de l’angle dans lequel vos yeux la regarde.

L’encre de ces « dollars caméléons » est fournie exclusivement par la société suisse SICPA.
Eduardo Beruff, le président de la filiale américaine de SICPA a récemment déclaré « C’est comme la formule secrète de fabrication du Coca-Cola. Peu de personnes connait toutes les composantes de la formule magique ».

6. LE VERNIS A ONGLE

En amérique, la société K-Mart commercialise (de nos jours) un vernis à ongles thermosensible. Les ongles de vos petites filles peuvent ainsi changer de couleur comme par magie (K-Mart)

D’autres applications des pigments « thermosensibles » comprennent notamment :

Si vous désirez réaliser une promotion avec une encre spéciale en grande quantité, n’hésitez pas à me contacter pour avoir plus d’informations sur les sociétés à contacter. Je serais ravi de vous aider.

© Jean-Philippe Cunniet - Philippe Baumet - Toute Reproduction Interdite sans l'autorisation des auteurs, Janvier 2003

<- Dossier précédent Dossier "baromètres magiques" Dossier suivant ->