Jérémie dans les Îles

Jérémie des Îles par Gillon

Troll reste et demeure le plus jeune des collaborateurs réguliers de Pif-Collection, 15 ans cette année ! Aussi, nous sommes heureux de vous proposer son premier gros dossier, voici donc "Jérémie dans les îles"

1°) L’Histoire :

Entre 1968 et 1973 paraissent 8 épisodes de "Jérémie dans les îles", des récits de Paul Gillon aux de grandes qualités mais qui n’atteindra pas malheureurement les faveurs du public. Ces épisodes ont la particularité de ne comporter aucune bulle, les dialogues et les onomatopées sont retranscrits à coté des cases. Le cadrage est généralement identique à chaque case composée de 6 cases par pages et deux par lignes. Cette mise en page un peu "vieillotte" n’entache pourtant en rien la lecture.

Le scénario quoique lent au début finit par tenir le lecteur en haleine en nous contant les déboires de Jérémie, mousse sans bateau, aventure feuilletonesque aux rebondissements incessants (et parfois improbables mais çela ne gâche rien). Le scénario est servi efficacement par le trait réaliste et clair de Gillon.

Ce dernier nous conte par épisodes de 20 pages les aventures de Jérémie, perdu en mer dont voici un résumé par épisode

L’île mystérieuse (Pif-Gadget n°140)

Jérémie des Îles par Gillon

Après avoir échoué sur une île qu’il croit déserte Jérémie se fait capturer par les indiens qui occupent l’île et qui pratiquent le sacrifice humain. Après de longues poursuites et une farouche résistance Jérémie réussit à s’enfuir, à la faveur de la nuit

Les flibustiers (Pif-Gadget n°149) 

Capturé par un groupe de pirates dirigé par Geoffroy le Landais, Jérémie se retrouve au service de la capricieuse Dona Aurelia, un jeune otage entré dans les bonnes grâces du capitaine. Suite à une attaque du bateau par des Espagnols, Jérémie et Dona Aurelia s’enfuient sur le bateau ennemi… Mais ce dernier coule sous les assauts des pirates...

Dame Cocquemard (Pif-Gadget n°163)

Pour ce ressourcer Jérémie et Dona Aurelia s’arrêtent sur une île ou une effroyable mégère les prendras en grippe. Elle tint les deux héros prisonniers et s’en servit comme esclaves...

Les négriers (Pif-Gadget n°175)

Eperonné par un négrier nos deux héros se retrouvent à son bord où ils entrent vite en bon rapport avec les esclaves. Aidés par le vicomte Adhemar de Loconville ils prennent commandes du bateau et mettent le cap vers San Domingo, l’île du père de Dona Aurelia.

Intrigue (Pif-Gadget n°184)

une petite critique des nobles maniérés et excessifs

Les trois compères arrivent enfin à l’île tant recherché, après un court voyage les amis pénètrent non sans mal dans la forteresse où la joie est à son comble. Toutefois deux sinistres personnages ne semblent pas partager l’allégresse générale...

La crique (Pif n°192)

Jérémie des Îles

Nos deux héros voguent vers Porto Rico en compagnie du bien étrange capitaine Karstenfeld qui n’hésite pas à abattre ses hommes pour que son autorité reste établie. Poursuivi par un bateau anglais le bateau accoste dans une crique et se retrouve pris en étau…

Jérémie des Îles

Le fort de San Juan (Pif-Gadget n°199)

Apres quelques péripéties l’équipage atteint le fort de San Juan et sont accueillis par le commandant. Au bout de quelques phrases Karstenfeld décochent son épée devant les regards effarés de ses 2 amis et leur apprend que cet homme n’est nullement le gouverneur. Il s’agit de Roche Brasiliano, un pirate tristement connu….

Tortuga (Pif-Gadget n°207)

Suite à l’échec contre l’espagnol les pirates rentrent à Tortuga, lieu de coordination de toutes les expéditions. Jérémie assiste à l’enlèvement de Brasiliano. Poursuivant les brigands Jérémie Appelle à la rescousse le capitaine suivi par Léocadie…

Et voilà, l’histoire s’arrête la, inachevé…. Il n’y aura pas de suite à ces récits complets formant une si belle histoire. La série n’e semblait pas avoir était vraiment pas assez trouvé son public. Dommage, il ne nous reste qu’a nous consoler en relisant les trop peu nombreux épisodes qui sont a notre disposition et à en imaginer la suite….

2°) Les Personnages 

Dans Jérémie dans les îles de nombreux personnages s’entrecroisent sans cesse mais certains sont tout de même plus importants que d’autres. En voici une partie, par ordre d’apparitions…

Jérémie est le héros il est jeune, courageux mais pas idiot. Il écoute la voix de la raison ce qui ne l’empêche pas de se fier parfois à son instinct… Son caractère est celui des héros, sans défauts, les laissant aux personnages secondaires, plus typés. Même si parfois il émet quelques lassitudes de toutes ses aventures et aimeraient bien avoir un peu de repos…

Dona Aurelia Sanchez Espinoza de son vrai nom est une teigne … Capricieuse, enfant gâtée et colérique elle devra se plier aux ordres de Jérémie pour survivre et elle n’aime pas ça… Toutefois ces dures expériences la changeront peu à peu. Même si son retour à la vie de château semble lui faire oublier sa vulnérabilité…

Dona Aurelia Sanchez Espinoza

Le vicomte Adhemar de Loconville est un nain à grande gueule et vantard au grand cœur. Bravache il n’hésite pas à aider ses amis quand ils en ont besoin et à mettre ses talents d’escrimeur à l’épreuve… Malheureusement ils lui seront inutiles face à la horde d’anglais qui mettra fin à sa vie…

Le vicomte Adhemar de Loconville

Karstenfeld, pirate à la solde de qui aura les meilleures idées ou le plus d’argent il est un ami fidèle, intelligent et courageux. Railleur comme tout les pirates il est un personnage très attachant. Son code de l’honneur est très poussé, ce qui permet à certains de lui jouer de mauvais tours.

Karstenfeld

Roche Brasiliano est un pirate tristement célèbre. Comme sont compère Karstenfeld son sens de l’honneur et de la moquerie sont très présents. Aussi courageux, même blessé il ne refuse pas un duel. Malheureusement après son échec retentissant Rochebrune l’avait destitué de son pouvoir… avait tenté du moins…

Roche Brasiliano

Léocadie est la fille d’un des meilleurs amis de Brasiliano. Farouche et très jolie garçonne elle sait se battre et n’a pas froid aux yeux. Elle a tous les pouvoirs sur son frère Elyancin qui l’aime plus que tout. Un personnage qui amenait une nouvelle intrigue qu’on ne verra malheureusement jamais se dénouer.

Léocadie

3°) Les albums

Il y eu d’abord 2 albums de 40 pages de "Jérémie dans les îles" édités par Le Lombard/Dargaud, ils reprenaient les 4 premiers épisodes de la série. Les pages ont eu droit à une colorisation faite par l’auteur assez réussie pour cette occasion. Le premier paru en 1973 et le second en 1974.

album n°1 de 1973
album n°1 de 1974

Puis il faudra attendre 1981 la série sera alors intégralement édité dans la prestigieuse collection Eldorado (l’Incal entre autre) des Humanoïdes Associés. Les deux premiers albums sont une copie conforme de ceux de Dargaud.

album n°1bis de 1981
album n°2bis de 1982

Les deux autres reprennent chacun deux épisode et on été colorisé par Gillon. On peut remarquer que les couvertures des éditions des Humanoïdes bien que ressemblantes, on étés redessinées par Gillon. Le premier album sorti chez les Humanoïdes sera le n°3 en 1979, puis le 4 en 1980.

album n°3 de 1979
album n°4 de 1980

Ce n’est que l’année suivante que l’éditeur éditera le n°1 puis le 2 en 1982 (d’ailleurs on y trouve souvent apposé un autocollant « Angoulême 82, grand prix de la ville » ce n’est pas l’album qui a reçu ce prix mais l’auteur).

4°) L’auteur 

Né à Paris le 11 mai 1926, Paul Gillon a abordé pratiquement tous les genres réalistes de la BD de ces cinquante dernières années. Il débute à quatorze ans en illustrant des partitions de chansons célèbres et réalise des caricatures d'artistes de la scène et du cinéma pour SAMEDI-SOIR, FRANCE DIMANCHE et GAVROCHE. Pilier de l'hebdomadaire VAILLANT dès 1947, il y aborde l'exotisme ("Lynx Blanc" et "Wango", sur scénarios de Roger Lécureux), la reconstitution historique et politique ("Fils de Chine", toujours avec Lécureux), la flibuste ("Le Cormoran", avec Jean Ollivier), l'adaptation littéraire ("Moby Dick") et, sur ses propres textes, les aventures du jeune "Jérémie". Il travaille parallèlement dans 34 CAMERA, FEMMES D'AUJOURD'HUI, REVES et RADAR où il livre récits complets et illustrations. De 1959 à 1972, il dessine pour FRANCE-SOIR le strip quotidien "13, rue de l'Espoir", un soap-opera de Jacques et François Gall. Le journal de MICKEY accueille successivement " La Déesse d'or" (scénario de Brigitte Muel), "Le Temps des copains" (d'après la série télévisée), "Le Fantôme de Barbe-Noire" (illustrant un film à acteurs des studios Disney) et "Téva" (d'après une nouvelle série télévisée). La science-fiction fait partie de ses domaines favoris : la saga des "Naufragés du Temps" avec Forest, les récits complets recueillis dans les albums "Mécanoïdes associés" et "Processus de survie", les séries des "Léviathans" (Humanoïdes Associés) et de " La Survivante" (Albin Michel). Mais il ne dédaigne pas l'histoire et l'adaptation littéraire : "Notre-Dame de Paris" (adaptation de Victor Hugo par Claude Gendrot), "Histoire du socialisme en France" (sur un texte de Claude Moliterni), "Au nom de tous les miens" (adaptation du best-seller de Martin Gray par Patrick Cothias), voire la biographie sulfureuse de "Jehanne", où l'on apprend que la pucelle avait plus d'une corde à son arc... A plus de soixante-dix ans, ce maître du graphisme élégant s'est offert pour délassement une reconstitution romancée d'un siècle de cinéma en composant le diptyque " La Dernière des salles obscures", sur un scénario de Denis Lapière, pour la prestigieuse collection "Aire Libre". On lui doit également un polar troublant, réalisé dans la même collection, "La veuve blanche", une contribution au décalogue et dernièrement « L’ordre de Cicéron » scénarisé par un avocat a fait l’effet d’une bombe dans le mileu de la Bande dessinée…

Paul Gillon a bien du recevoir une bonne partie des plus prestigieux prix de BD dont voici une liste non exhaustive :

Grand Prix Lucca
Prix Phénix en 1972
Prix Phénix en 1974
Prix d'Angoulême du meilleur dessinateur français en 1978
Grand Prix de la ville d'Angoulême en 1982
Grand Prix RTL en 1986
Grand Prix Yellow Kid en 1998

Ce n’est pas rien quand même !!!

En espérant que ce dossier vous aura plu !"

Troll