(news n°449 du 15 juillet au 15 août 2005)

Qui a dit "encore en retard" ?...

le Pif-Gadget n°12 : "ta plante préhisto !"

Ce douzième numéro du mensuel Pif-Gadget fête son premier anniversaire d'existence avec quelques surprises dans le magazine. Commençons tout d'abord par son gadget qui renoue avec la grande tradition des gadgets "science et nature" qui ont fait la réputation du Pif-Gadget historique en version hebdomadaire. ...

Pif à travers le monde

Pif a fait le tour du monde et régulièrement, nous vous présentons des témoignages de sympathie. Celui-ci n'est pas si loin, mais démontre encore une fois que Pif le Chien demeure l'ami des enfants...

Lire la suite de l'article >

Dalles et BD

Troll nous fait découvrir des documents trouvés sur le site toutenbd.com sur lequel on y retrouve une section surprenante dédiés aux dalles illustrées du musée du CNBDI d'Angoulême. A chaque édition du festival de la BD d'Angoulême, de nouvelles dalles sont ajoutées à ce "Parvis des stars"....

Lire la suite de l'article >

Son et lumière pour le 14 juillet

C'est la période, à l'occasion du 14 juillet, Loïc Sangan nous a envoyé sa dernière découverte : deux broches Pif commémorant le bicentenaire de la Révolution Française......

Lire la suite de l'article >

l'interview de Yannick

Mariano Alda est allé rencontrer pour nous un dessinateur qui a longtemps marqué de son empreinte les pages de l'hebdomadaire Pif-Gadget et qui continue à animer les aventures d'Hercule en albums aux éditions Bamboo, il s'agit de Yannick...

Le dessin réaliste d'Arnal

Christian Potus nous présente sa dernière découverte, un ouvrage qui recelle quelques trésors : des dessins réalistes d'Arnal, parus dans un livre intitulé "Cristino le guerillero"...

Lire la suite de l'article >

De Pif-Gadget à Spirou et vice et versa

Fabrice Tarrin est un auteur étonnant et qui n'a pas fini de nous étonner ! Nous avons appris récemment qu'il allait avoir l'honneur et le privilège de reprendre, pour un "one-shot", une aventure de "Spirou et Fantasio" avec un grand maître pour scénariste : Yann !..

Lire la suite de l'article >

Mandryka et Saupiquet

Mandryka, célèbre pour son Concombre Masqué, a été approché par la fameuse marque de conserves alimentaires Saupiquet et a contribué à sa communication. Un album de BD publicitaire a par ailleurs été publié en 1982 sous le titre : "le chef vous salue bien"...

Lire la suite de l'article >


Le Pif-Gadget n°12 de juillet 2005

le Pif-Gadget n°12 de juillet 2005 : "ta plante préhisto !"

Ce douzième numéro du mensuel Pif-Gadget fête son premier anniversaire d'existence avec quelques surprises dans le magazine. Commençons tout d'abord par son gadget qui renoue avec la grande tradition des gadgets "science et nature" qui ont fait la réputation du Pif-Gadget historique en version hebdomadaire.

Le gadget de ce mois-ci s'appelle "la plante préhisto". Mais qu'est-ce que la plante préhisto ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé le service gadget :

"La plante préhisto est une plante extraordinaire dite de "résurrection", c'est-à-dire qu'elle paraît morte et pourtant, elle est capable de réssusciter en la trempant simplement dans de l'eau ! Elle a étonné tout le monde chez Pif et intrigue toujours les scientifiques, qui aimeraient bien pouvoir la croiser avec des plantes moins résistantes à la chaleur comme le blé, le maïs ou le riz. Ce serait en effet une grande avancée pour aider le tiers monde... Cette plante est capable de rester en sommeil pendant des semaines, des mois, voire même des années sans eau. Il suffit alors de lui donner un peu d'eau pour qu'elle s'ouvre à nouveau et reverdir. Nous possédions une plante qui était restée 25 ans sans eau dans un sachet plastique, nous l'avons mis dans l'eau sans vraiment y croire et en quelques heures elle s'est ouverte à nouveau ! Incroyable ! [...]"

la "plante préhisto" telle qu'on la trouve dans le magazine
la "plante préhisto", trempée dans l'eau et 24 heures après !

En effet, après un test nous pouvons vous le certifier : en mettant cette plante dans un ramequin d'eau, vous pouvez la voir quasiment se déployer et reverdir à l'oeil nu ! Une plante vraiment extraordinaire...

"Une plante comme celle là devait avoir sa place dans le magazine, elle a le profil du gadget de Pif : étonnante, intriguante et permet aux enfants de découvrir une curiosité de la nature : elle n'a pas besoin de terre pour vivre, pas besoin d'eau en permanence. Même si vous l'oubliez de la "nourrir", elle se referme sur elle-même en attendant que vous lui redonniez un peu d'eau..."

"Pas facile d'innover en matière de gadget" nous confiait le service gadget à propos de cette plante préhisto : "Les enfants sont habitués à des objets standardisés, des objets à utilisation immédiate et parfois trop rapide. A nous de leur apprendre la patience d'attendre pour un utiliser un gadget de Pif, à nous de leur proposer autre chose. Cette plante nécessite que peu de chose pour pousser, un minimum de soins et une patience limitée à 24 heures."

Au niveau du contenu du magazine, quelques autres surprises nous attendent : une page présentant les principaux acteurs de la rédaction, une nouvelle BD et deux planches de Pif et Hercule au service de la sécurité dans les transports ferroviaires.

Vous découvrirez dans ce numéro deux planches dessinées par Olivier Fiquet et scénarisées par François Corteggiani lui-même, mettant en scène les personnages de Pif et Hercule qui donnent des leçons de sécurité ferroviaire aux usagers du train. Il s'agit de la première partie, nous devrions donc retrouver la suite de cette BD dans les prochains numéros...

Un nouvel auteur fait son apparition ce mois-ci dans Pif-Gadget : Guy Counhaye. Il nous emmène dans un univers de lutins dans une histoire intitulée "la machine à explorer le temps". Cet auteur a déjà longtemps travaillé chez Spirou avec des séries comme "Géo et Tafta" ou "Les Naufragés du Temps" ou encore dans le journal de Tintin avec le "Professeur Stratus".

Anniversaire oblige, pour la première fois les lecteurs découvrent le visage des principaux acteurs de leur magazine à travers une pleine page. Au centre du journal, tous les héros sont venus célébrer ce premier anniversaire, un poster non signé dont les habitués du forum Pif-Collection auront deviné l'auteur...

Pif autour du Monde

l'entrée du mini-club destiné aux enfants dans un hôtel à Marrakech

Pif a fait le tour du monde et régulièrement, nous vous présentons des témoignages de sympathie. Celui-ci n'est pas si loin, mais démontre encore une fois que Pif le Chien demeure l'ami des enfants.

Christophe Menier nous a ramené des souvenirs du Maroc lors de ses vacances à Marrakech. Il eut la surprise d'être accueilli par Pif lui-même à l'entrée du "mini-club" de son hôtel...

Ce club était destiné aux enfants et ce personnage en pied résnetait le programme et animation de chaque journée aisni que les dessin des enfants. "Notre personnage fétiche est donc bel et bien connu et apprécié au Maroc. A ce propos, le nouveau Pif est bel et bien arrivé à Marrakech mais avec un décallage de trois mois".

Christophe Menier

ce Pif présente le programme et les dessins des enfants
plutôt sympatique ce Pif !

Il ne faut pas oublier effectivement que les pays de l'Afrique du Nord recevait également l'hebdomadaire Pif-Gadget avec parfois des éditions spéciales destinées aux pays dits "export". C'était le cas notamment pour les numéros appelés "édition B". La popularité du personnage de Pif était importante, et vous pouvez par ailleurs retrouver la photo du mur d'une cooopérative agricole en à Mascara Algérie dans un numéro de Pif-Gadget, le n°457.

photo extraite du n°457 de Pif-Gadget représentant un mur d'une coopérative agricole

N'hésitez-pas de votre côté et durant vos vancances de dénicher le clin d'oeil à Pif dans vos déplacements, nous publierons vos photos sur le site.

Notre reporter Christian Potus est allé, quant à lui, à Grenade pour y découvrir un musée archéologique et nous a ramené une pièce intriguante : la "Taza de té"...

"Si, en attendant de lire le prochain épisode du Cavalier Maure, vous avez la chance de passer à Grenade, n'hésitez pas à faire un petit crochet par le célèbre MUSEO ARQUEOLOGICO DE LA CASA DE LOS PIFOS qui se situe à deux pas des jardins de l'Alhambra. Là, arrêtez vous devant la vitrine consacrée aux ustensiles de la vie quotidienne utilisés à l'époque du Califat. Vous découvrirez alors le fameux verre dans lequel Suleyman but son dernier thé avant de fuir la ville assiégée par les rois catholiques. Curieusement, c'est en France que l'objet fut retrouvé plusieurs siècles plus tard mais l'histoire se termine bien puisqu'un généreux mécène français vient justement d'offrir la précieuse relique au musée... Nous remercions chaleureusement le directeur du musée, Senor Potusas Cristiano de son aimable autorisation pour la publication de cette photo."

Christian Potus

Après avoir contacté ce musée, il s'avère qu'il s'agit d'une farce... Bien essayé Christian...

L'invité Pif-Collection : Yannick

Yannick à Puteaus le 22 mai 2005

Mariano Alda est allé rencontrer pour nous un dessinateur qui a longtemps marqué de son empreinte les pages de l'hebdomadaire Pif-Gadget et qui continue à animer les aventures d'Hercule en albums aux éditions Bamboo, il s'agit de Yannick.

Mariano Alda : Salut Yannick. Alors, qui était le petit Yannick, enfant ? Un dessinateur en herbe ?

Yannick : "Pas vraiment quoique j’ai toujours dessiné. Le prof d’Arts Plastiques essayait de pousser mes parents à me diriger dans cette voie. Ce qu’ils n’ont pas fait".

Mariano Alda : Ta carrière professionnelle démarre dans la photographie. Comment es-tu arrivé là ?

Yannick : "Simplement. Il y avait trois générations de photographes professionnels avec une boutique et une certaine réputation."

Mariano Alda : Dessinais-tu pendant cette période ?"

Yannick : "Oui, mais plutôt académique. À quatorze ans, j’avais un carnet de croquis et je dessinais des aquarelles à Libournes. La Bande Dessinée n’était pas une vocation pour moi".

Mariano Alda : En 1967, tu crées Caramel avec Morchoisne. Quelle était le genre de cette bande ?

Yannick : "En fait, c’était avec le frère de Morchoine (qui s’appelle… Morchoine, aussi !). Cela parlait des aventures d’un gardien de zoo. J’avais un grand champ d’action pour les histoires".

Mariano Alda : Pif gadget sort quelques mois plus tard, début 1969. Tu l’as intégré à quel moment ?

Yannick : "Pratiquement immédiatement, puisque j’y rentre le 1er avril 1969, grâce à René Deynis, que j’avais rencontré à la terrasse d’un café près des Beaux-Arts où j’étudiais. Il me présente à Georges Rieu qui m’envoie à l’Atelier. Celui d’Arnal".

Mariano Alda : Tu avais donc 25 ans et tu as donc directement atterri dans l’Atelier Pif ?

Yannick : "Oui avec Jacques Tabary. J'ai commencé par travailler sur des couvertures et des illustrations. Nous avions avec Arnal des rapports très chaleureux. Il était très gentil et simple. Il nous couvait et apportait de petites corrections à nos travaux".

Mariano Alda : Comment cela se passait-il ? Chacun avait-il son travail défini ou était-ce à tour de rôle que les histoires étaient conçues ?

Yannick : "Non ! Il fallait simplement avoir un volume d’histoires de disponible. Seules les histoires comptaient. Peu importe qui les faisait. Par exemple, lorsque Michel Motti est arrivé, il pouvait y avoir une alternance, entre nous, de scénariste et de dessinateur. Ou nous faisions les deux à la fois. Mais il fallait faire du Arnal, des personnages ronds.

Mariano Alda : Comment se passait ta collaboration avec Motti ?

Yannick : "Très bien. Il est entré comme lettreur (par exemple de Corto). Puis il a fait pour Pif, des décors, des personnages de second plan et des scénarii. Puis les dessins."

le gardien du square, véritable faire-valoir colérique de l'univers d'Hercule

Mariano Alda : En 1975, Hercule a sa série. Comment c'est passée la prise d'envol en solo d'Hercule ?

Yannick : "Claude Gendrot m’a demandé de prendre le personnage et des faire des histoires à la Gaston. Je n’y ai pas adhéré et j’ai cherché un environnement. Ce fut le square et le gardien."

Mariano Alda : Une série que tu as maintenue pendant près de vingt ans…

Yannick : " Effectivement ! J’ai appris plus tard qu’Hercule était le plus souvent en tête des sondages".

Mariano Alda : Où trouvais-tu ces farces ? Etais-tu un Hercule ?

Yannick : "Il n’y a pas de recettes. C’est le métier qui, au fur et à mesure, fait que…"

Hercule par Yannick aux éditions Bamboo

Mariano Alda : As-tu l'impression qu'Hercule est plus connu que Pif ?

Yannick : "Au moins autant. De faire-valoir, il est passé au stade de héros au même titre que Pif".

Mariano Alda : Puis vint les Hercule Poches...avec un Herculogag en 1980, sans suite, qui reprendra donc en 1988, avec six numéros…

Yannick : "On pourrait dire que c’était une période assez trouble. Nous n’étions même pas au courant de ce qui était publié et du matériel utilisé".

Mariano Alda : En 1986, Vaillant lance Super Hercule. Pourquoi cette formule ?

Yannick : "Idem. Ce que je peux te dire, c’est que Lehideux a fait les quatre premières couvertures. C'est ainsi que Gilles Corre est venu travailler sur les Super Hercule."

Mariano Alda : Tu as créé, seul ou avec Motti, plusieurs séries, comme "les apprentis-sorciers" (1975), "La Morgueluse" (1987) et "Louping & Tonneau" (1988). Une série comme "Morgueluse", à suivre, était une formule qui t’intéressait ?

Yannick : "Oui. Je l’ai fait avec Michel (Motti) qui avait déjà préparé une suite avec laquelle on pouvait faire un album de cette histoire. Vaillant n’a pas donné suite. Dommage. C’est donc un One-shot !"

Mariano Alda : N’as-tu jamais été tenté par des séries réalistes ?

Yannick : "Non. Jamais. J’ai fait quelques essais, comme tout le monde, mais ce n’était pas concluant".

Mariano Alda : L’atelier de Yannick est-il, comme se l’imagine le bédéphile, composé d’une grande table, près d’une grande baie vitrée donnant sur la campagne, sur laquelle s’entassent des feuilles et des feuilles ?

Yannick : "Pas vraiment. J’ai eu une table à dessin dans un atelier, puis une simple table dans une pièce. Là aussi, pas de règles."

Mariano Alda : Comment c’est passé la parution des albums chez Vaillant ?

Yannick : "Très bien. Le tirage était de 2000 albums, avec une avance sur les ventes. Tout s’est vendu rapidement. J’attends le solde :o)".

Mariano Alda : Après que l’aventure Vaillant se termine en 1994, tu travailles dans la pub, Disney, où tu retrouves Gilles Corre, et dans la création de dessins animés. Quelques précisions ?

Yannick : "Nous avons créé dans Super Picsou Géant, "Magicland" et dans le Mickey-jeux, "Super Pig". Les deux séries sont toujours actives et publiées. On s’entend bien tous les deux. On avait aussi commis un fascicule avec pour héros un président facilement reconnaissable. Pour le fun".

Monsieur le président par Yannick et Erroc, album broché à l'italienne paru en 2003 aux éditions du Pays (16 pages brochées)

Mariano Alda : Pour finir, quelle est l’actualité de Yannick et as-tu quelque chose à rajouter à cette magnifique interview ?

Yannick : "Je termine les planches d’une nouvelle série chez Bamboo, sur une idée de mon grand ami Gilles, mais c’est top-secret. La parution pourrait se faire le dernier trimestre 2005 ou le premier trimestre 2006..."

Merci Yannick.

Interview réalisée par Mariano Alda lors du deuxième festival de la BD à Puteaux, le 22 mai 2005.

Le dessin réaliste d'Arnal

Christian Potus nous présente sa dernière découverte, un ouvrage qui recelle quelques trésors : des dessins réalistes d'Arnal, parus dans un livre intitulé "Cristino le guerillero"...

L'été, c'est bien sûr les vacances, le soleil, la plage, le farniente. C'est aussi le temps des lectures faciles, des romans à deux sous et des nouvelles qui se mettent à pulluler dans les magazines. Voici donc dans la même veine, une petite histoire qui se veut avant tout une simple fiction même si elle s'inspire d'un cadre historique et de personnages qui ont réellement existé :

La bicyclette, c'est celle de l'ami Pierrot. Le cycliste, lui, c'est José. “Fais bien attention à toi!” lui avait crié Denise quand il avait quitté en trombe la mansarde de la rue de l'Orillon. Il faut dire que ce mois de février 1946 est particulièrement rude et que José est d'une nature fragile. Il y a peu, il était encore sans boulot, sans logis et dormait la nuit sur les bancs du canal Saint-Martin. Sans parler de l'horreur de ce qu'il avait vécu les années précédentes. De quoi vous bousiller la santé pour le restant de vos jours ! Tout ça c'était avant que l'amicale des anciens prisonniers ne l'envoie à Toulouse, avant qu'il ne séduise la fille du troquet, avant qu'il ne revienne vivre avec elle dans ce minuscule appartement de Belleville.

carte d'identité de Cristino


Mais en ce moment, José n'a qu'une seule préoccupation : rejoindre le plus rapidement possible la plaine Saint-Denis. Il est sur le point d'y parvenir. "Rum balabum balabum bam bam, Deberemos resistir ¡ Ay Carmela ! ¡ Ay Carmela! Rum balabum balabum bam bam, Prometemos combatir ¡ Ay Carmela ! ¡ Ay Carmela !" Aucun doute n'est possible, le chant de l'Ebre, c'est forcément le signal de ralliement. José se noie dans la foule impressionnante qui submerge les ruelles étroites du quartier des espagnols. Il est arrivé. Si la rumeur qui bruissait depuis le début de la matinée s'avérait exacte, il se devait d'être là, avec les siens, pour un dernier adieu à celui qui venait de tomber. Ainsi le Caudillo n'aurait pas plié sous la pression internationale, il aurait même donné l'ordre fatal au peloton d'exécution, Cristino aurait succombé sous les balles franquistes...

Illustrations d'Arnal

Cristino et José, deux vies construites sur une même trame historique. Le désespoir de la retirada sur les sentiers des Pyrénées avec l'armée républicaine en déroute. L'humiliation du camp d'internement d'Argelès. L'amertume du travail forcé. Les mines près d'Alès pour Cristino. Les fortifications de Moselle pour José. La guerre qui les rattrape une seconde fois. Le premier multiplie les actes de bravoure dans l'armée des ombres à Nîmes ou à La Madeleine. Le second, triangle bleu en guise de brassard, lutte pour sa survie au KLM de Mauthausen. La mort leur accorde encore un sursis mais pour faire quoi ? Repartir clandestinement combattre le dictateur qui les a chassés ou batailler pour s'intégrer ici ? Cristino s'en va. José reste.

Une phrase à peine lisible écrite au crayon sur une feuille de papier à cigarettes avait suffi pour convaincre Manuel. “Je suis au régime d'exception, seul dans une cellule...”. Il fallait écrire un livre pour mobiliser l'opinion publique sur le sort de Cristino. On avait demandé à deux camarades du Journal de l'illustrer. Max ferait la couverture. José les images intérieures. Les dessins réalistes, c'étaient pourtant pas son truc. Il excellait plutôt dans les cabots anthropomorphes mais il savait au fond de lui qu'il devait le faire. Le livre venait de sortir, Cristino était mort et José criait sa douleur dans le flot des manifestants.

Illustrations d'Arnal

De cette triste histoire, il ne reste presque rien. Un nom - Cristino Garcia - accolé à des établissements scolaires et à un quartier d'Aubervilliers. Un livret oublié - Cristino le guérillero - agrémenté de quelques illustrations. Des dessins que nous avons retrouvés pour vous et qui sont signés d'un certain José Cabrero Arnal...

Christian Potus

De Pif-Gadget à Spirou et vice et versa

Fabrice Tarrin est un auteur étonnant et qui n'a pas fini de nous étonner ! Après avoir fait une entrée remarquée dans l'hebdomadaire Spirou avec une série "Violine" (2 albums parus et le troisième prochainement en prépublication dans l'hebdomadaire), nous l'avons retrouvé dans le mensuel Pif-Gadget pour y animer les histoires complètes de "Nestor et Polux" au scénario, ainsi que des strips intitulés "Cochonneries".

Depuis, nous apprenons, d'abord dans le numéro de Bodoï de juillet, puis dans le journal de Spirou n°3508 du 6 juillet, qu'il allait avoir l'honneur et le privilège de reprendre, pour un "one-shot", une aventure de "Spirou et Fantasio" avec un grand maître pour scénariste : Yann !

Les éditions Dupuis vont en effet lancer 3 versions des aventures de "Spirou et Fantasio" par différents dessinateurs (dont Frank Le Gall), dans différents registres, en parallèle de la série normale animée désormais avec succès par Morvan et Munuera.

Les premiers dessins de Fabrice Tarrin qui ont été révélés dans les deux publications font d'ores et déjà admirer le grand talent de ce dessinateur et font espérer que ce coup d'essai sera suivi par d'autres albums !..

Seccotine et le Comte de Champignac vus par Fabrice Tarrin (copyright Fabrice Tarrin et éditions Dupuis dessins parus dans Bodoï)

Que les amateurs de Fabrice Tarrin se rassurent, il nous a confié qu'il aurait toujours du temps pour se consacrer au magazine Pif-Gadget... Ouf !

Et puisque l'on parle de Spirou, avez-vous remarqué que le dessinateur de "Monsieur Magie" (ex Mister Magie), Ben Grrr, y faisait régulièrement une apparition ? Pas si évident que cela étant donné que Ben Grrr utilise un autre pseudo... Il est en effet l'auteur des strips "On off" signés par Poudoum Ksss. Encore des consonnes répétées. Pour s'en convaincre, il suffit de se reporter au numéro 3506 pour y découvrir une apparition de Monsieur Magie himself...

copyright éditions Dupuis / Ben Grrr

Avec Pif-Gadget, Tchô et Spirou, Ben Grrr est décidément sur tous les fronts.

Dalles et BD

Faut-il encore le souligner, Troll est notre plus jeune reporter à Pif-Collection : même pas 16 ans... Aujourd'hui, il nous fait découvrir des documents trouvés sur le site toutenbd.com sur lequel on y retrouve une section surprenante dédiés aux dalles illustrées du musée du CNBDI d'Angoulême. A chaque édition du festival de la BD d'Angoulême, de nouvelles dalles sont ajoutées à ce "Parvis des stars".

dalle "Pif et Pifou " par Roger Mas
dalle "Masqeurouge" par André Juillard

Parmi elles, vous y découvrirez les dalles représentant "Pifou" par Roger Mas et "Masquerouge" par André Juillard. Pour retrouver toutes les dalles BD, rendez-vous sur le site : http://www.toutenbd.com/gallery/dallesCNBDI/

Pif et le 14 juillet

C'est la période, à l'occasion du 14 juillet, Loïc Sangan nous a envoyé sa dernière découverte : deux broches Pif commémorant le bicentenaire de la Révolution Française...

La première à droite présente une particularité : elle contient un module sonore qui joue la Marseillaise et une diode luminescente rouge qui clignote...

Des dédicaces pour Coelho

Louis Marticorena a voulu rendre hommage au dessinateur Eduardo Teixeira Coelho disparu au mois de mai en nous envoyant une magnifique dédicace qu'il avait réalisée en 2003...

Coelho lui avait gentiment adressé ce dessin grand format représentant Ragnar et Robin des Bois.

Mandryka et Saupiquet

album BD réalisé par Mandryka pour Saupiquet

Mandryka, célèbre pour son Concombre Masqué, a été approché par la fameuse marque de conserves alimentaires Saupiquet et a contribué à sa communication. Un album de BD publicitaire a par ailleurs été publié en 1982 sous le titre : "le chef vous salue bien". Cet album inédit contient 16 pages de BD mettant en scène le chef cuisinier très convoité "Saupiquet" qui cherche à prendre des vacances sur une île déserte, mais il est harcelé par les boîtes de thons, sardines et autres maquereaux...

affiches réalisées par Mandryka pour Saupiquet
affiches réalisées par Mandryka pour Saupiquet

Cet album permet aussi de retrouver les différentes affiches publicitaires dessinées par Mandryka, 5 au total sont reprises dans cet album.

Dernière Minute

couverture du "Dossier Jacques Kamb" illustré par le dessinateur lui-même
4ème de couverture du dossier

Nous venons d'apprendre qu'un dossier de 24 pages qui ravira vient les fans de Jacques Kamb vient d'être édité par un belge : D. Tesmoingt en collaboration avec notre éminent spécialiste Frédéric Maye. Ce petit fascicule de 24 pages en format A5 et en noir et blanc avec une impression de bonne qualité, peut être obtenu par correspondance :

Prix de l'ouvrage (port compris) : 5 €
Paiement : uniquement Cash ou par Mandat (pas de chèque)

Tesmoingt Editeur
"Dossier Jacques Kamb "
Rue du By 9
B-6211 Mellet
Belgique

Ils ont gagné !

"La liane magique", le nouvel album de Rahan en vente depuis le 15 juin 2005

Le concours Rahan paru dans la dernière news a permis à trois participants de recevoir leur album "la liane magique" offert aimablement par les éditions Lécureux. Les gagnants sont :

Mariano Ortega, Laurent Frédéric et Laurent Natasha. Merci aux très nombreux participants pour ce concours.

 

Il fallait en effet reconnaître le dessin de Bercovici. Il est paru dans le numéro 684 de l'hebdomadaire Pif-Gadget, dans la rubrique du "Petit Pif".

A propos de la dernière news, de nombreux dessinateurs sont intervenus pour commenter l'oeuvre d'André Chéret. Laurent Alais nous a envoyé le commentaire de Jean-Charles Kraehn, dessinateur de "Tramp", "le Ruistre" ou encore de la série "Les Aigles Décapitées" :

"Pour moi André Chéret est un grand dessinateur, dont le talent n'a pas été assez reconnu. C'est vrai que, comme beaucoup de lecteurs de l'époque,  j'étais très impressionné par son boulot sur Rahan. Dessin très dynamique et plein d'imagination. C'est pour moi une série culte au même titre que Blueberry. D'ailleurs quand j'étais gamin, il y avait trois dessinateurs que je m'amusais à copier pour apprendre à dessiner. C'était Giraud pour ses chevaux et ses indiens, Chéret pour ses animaux et le mouvement, et Vance pour ses décors et sa nature. Mais Chéret n'a pas fait que Rahan. je me souviens aussi de "Domino", série scénarisée par Van Hamme (ndlr : et Greg) que je trouvais excellente à tous points de vue. Malheureusement, elle n'a pas dû avoir beaucoup de succès car il n'y a pas eu beaucoup d'albums..."

Jean-Charles Kraehn

<- Lire la news précédente news du 15 juillet au 15 août 2005 Lire la news suivante ->