(news n°455 de Noël 2007)

C'est Noël ! D'abord parce que nous sommes en décembre et aussi parce que le site Pif-Collection revient avec des cadeaux plein sa hotte !..

Cette news spéciale Noël est pour nous l'occasion de retrouver les visiteurs du site que nous avions laissés sans nouvelles depuis bien trop longtemps... Et pour célébrer ces retrouvailles, nous vous proposons une news placée sous le signe de Noël, des jeux et de la poésie. Deux surprises vous sont en effet proposées, pleines de poésie, deux artistes de grand talent : avec pour commencer, un grand dossier sur Gring, dessinateur au trait inimitable, ainsi qu'un salut amical de Pierre Perret qui vient nous parler de Pif-Gadget. Mais tout d'abord, nous vous invitons à vous précipiter sur le dossier que nous avons patiemment préparé depuis longtemps sur ce dessinateur que nous ne connaissions qu'à travers ses dessins : Gring... Sa fille, Sylvie, a eu l'extrême gentillesse et la patience de nous parler de son père avec beaucoup de tendresse. Ses souvenirs vous permettront de mieux apprécier cet auteur de talent ; il avait illustré notamment dans Pif-Gadget d'innombrables "Journal des Jeux" pendant plus de 25 ans. Cette news lui est grande partie dédiée. Vous y découvrirez à cette occasion de splendides gouaches inconnues qui traduisent toute la poésie de cet auteur et de très nombreux autres documents inédits. Et comme c'est Noël, vous apprécierez de retrouver dans cette news certains dessins de Gring réalisés à l'occasion des différents 25 décembre dans l'hebdomadaire ainsi que plus de 10 de ses jeux pour jouer avec toute la famille ! Et Noël sans cadeau ne serait plus Noël, un jeu concours vous permettra de gagner l'un des 3 lots offerts par le site Pif-Collection.

Autre invité de marque dans cette news, Pierre Perret. Il a tenu à adresser un salut amical à tous les lecteurs de Pif-Gadget, hebdomadaire dans lequel il venait parfois montrer son sourire et ses yeux rieurs. C'est Jean-Luc Muller qui a réalisé pour nous cette interview express en vidéo !

Voici un dossier que nous sommes fiers de vous présenter en cette news de Noël, un véritable cadeau pour tous les admirateurs - et ils sont nombreux - de Gring.

Nous sommes très heureux de vous présenter ce dossier sur Gring. Dossier qui a pu être réalisé grâce à sa fille Sylvie, elle nous permet de découvrir l’homme que nous ne connaissions qu’à travers ses dessins. Voici le portrait de ce dessinateur au coup de crayon inimitable : Gring vu par sa fille.

Lire la suite du Dossier >

Connaissez-vous les gouaches de Gring ? Sylvie nous ouvre les cartons à dessins de son père pour nous présenter une quinzaine de ses œuvres ! Certaines sont de circonstance en cette période de Noël. De bien belles gouaches qui nous rappellent que Gring savait aussi manier les couleurs...

Lire la suite de l'article >

Qui n'a jamais joué avec les dessins de Gring ? Voici une dizaine de jeux issus de diverses publications dont Pif-gadget bien entendu à découvrir ou à redécouvrir pour s'amuser en famille... Un document exceptionnel vient conclure ce dossier : un jeu poème inédit de Gring !

Enfin, un jeu concours vous est proposé avec les jeux de Gring, un jeu facile pour gagner l'un des 3 lots offerts par le site...

Les Trésors du Courrier des Lecteurs

A quoi bon se creuser la tête pour chercher des news pour le site, en consultant les anciens numéros de Pif-Gadget vous pouvez très facilement retrouver des trésors dans les courriers des lecteurs de chaque numéro... Prenons un numéro au hasard, le Pif-Gadget n°517 de février 1979. Deux photos retiennent notre attention...

Lire la suite de l'article >

Pif héros de mon enfance

Dans l e numéro 23 du Collectionneur & Chineur du 5 octobre 2007, a vu réapparaître un nouveau dossier sur l'univers de Pif. Le journaliste Marc Noël nous a concocté un panorama des objets que collectionnent les amateurs de Pif. Ce dossier est tout aussi passionnant que les précédents parus dans la Vie du Jouet...

Lire la suite de l'article >

Jean-Luc Muller promène sa caméra depuis quelques années dans l'univers de Pif et s'est illustré à l'occasion de divers reportages et interviews.

Pour cette news de Noël, il nous a ramené une interview express de Pierre Perret qui adresse un salut amical à tous les lecteurs de Pif-Gadget !..

"Salut les aminches !"

Lire la suite du Dossier >

Tout le monde connaît ses chansons, même les plus jeunes ont déjà entendu Pierre Perret. Vous souvenez-vous des ses apparitions dans l'hebdomadaire Pif-Gadget ? Voici un panorama des apparitions du chanteur, de la présentation d'un gadget au Journal des Jeux, en passant par l'année de l'Enfance de 1979...

Lire la suite de l'article >

Les chiens célèbres de la BD

Une exposition Pif le Chien aura lieu à Clermont-Ferrand à l'occasion du célèbre festival du Court Métrage fin Janvier, début Février 2008... Pif le Chien fera partie du casting et s'exposera pour rappeler la place du chien marron et jaune qu'Arnal fit naître il y a près de 60 ans ! Cette exposition aura lieu dans le hall du Conseil Général et ouverte du lundi au vendredi de 10 à 18h et le samedi de 14 à 18h...

Lire la suite de l'article >

François Dimberton et Jean-Pierre Dirick exposent

Une manifestation aura lieu le samedi 19 janvier 2008 consacrée aux grands détectives et au polar en général... Avec en invité François Dimberton (qui a dessiné notamment Pif le Chien, Archibald, l'Agence Celsius...) et Jean-Pierre Dirick (l'Inspecteur Tim ainsi que de nombreux jeux)...

Lire la suite de l'article >

Les Années Dorothée

Il n’y a pas si longtemps, seulement quelques années en arrière, il paraissait un peu présomptueux de parler de "génération Goldorak", de "génération Pif" ou encore de "génération Casimir"… La nostalgie de ces années 70’- 80’, que certains attendaient comme une évidence, s’est largement installée depuis au sein de la vie quotidienne, les stars qui ont peuplé notre jeunesse font à tour de rôle, un retour fracassant sur le devant de la scène...

Lire la suite de l'article >


Le dossier Gring : Gring vu par sa fille !

Superbe dessin issu de l'Almanach Télé 7 Jours de 1979

Qui ne connaît pas les dessins de Gring ? Qui n'a jamais joué avec les dessins de Gring ? Et pourtant, que savons-nous de ce dessinateur ?..

Nous étions nombreux à chercher des informations sur ce dessinateur et, amer constat, pas ou peu d'informations retrouvées, Gring serait-il un auteur discret ? Paradoxalement, Gring est un dessinateur que l'on connaît et l'on reconnaît, mais cet auteur demeure inconnu pour le public. Seul le site bdoubliées nous permet de retracer un peu la trace de ses très nombreuses publications dans les magazines BD. Nous souhaitions parvenir à vous faire découvrir cet auteur et nous sommes très heureux de vous présenter ce dossier sur Gring. Dossier qui a pu être réalisé grâce à sa fille Sylvie Gring que nous remercions chaleureusement de sa confiance. Elle nous permet de découvrir l’homme que nous ne connaissions qu’à travers ses dessins. Voici le portrait de ce dessinateur au coup de crayon inimitable : Gring vu sa fille.

Une des rares, sinon la seule apparition, de Gring en photo dans un journal pour lequel il a œuvré, il s'agit de Francs-Jeux, issu du n°379 de 1962 aux côtés d'autres dessinateurs talentueux (R. Gigi, A. Gaudelette, Bastard, J.M. Pelaprat...)
Un visage sur cette signature que nous aimions retrouver...

Comment ne pas avoir vu au moins une fois les dessins de Gring ? Il est un de ces rares à pouvoir se vanter de nous avoir accompagnés - nous lecteurs - des cours de récréations au salon bien au chaud de chez soi...

En effet, ses dessins paraissaient à la fois dans des livres scolaires et des cours de langues et à la fois dans les magazines pour enfants (Pif-Gadget, Mickey Magazine, Tintin...). Il se faufilait aussi dans les magazines TV (Télé7 Jours), ainsi que dans les magazines d'actualité - dits plus sérieux - comme France-Soir. Comment auriez-vous pu manquer ses dessins ; Gring était partout !..

Gring était incontournable, notamment dans Pif-Gadget, difficile d'imaginer un journal des Jeux dans l’hebdomadaire sans Gring. Il était au dessin de jeux ce que Roger Dal était pour la conception.

"Grand jeu du départ "Pikazar", "Qui arrivera le premier ?", un jeu de plateau paru dans Pif-Gadget 484

Aussi, face à l'absence d'informations sur ce dessinateur, nous avons demandé à Sylvie Gring si son père était aussi discret qu’il ne le paraît :

"Laissez-moi vous raconter cette anecdote que citait souvent ma mère... Un type cherchait à le voir depuis des semaines, il n'arrivait à le joindre nulle part et puis, finalement il arrive chez nous, essoufflé sur le palier. Surpris de le trouver enfin, il lui dit dès qu'il le voit sur le pas de la porte : « vous êtes plus difficile à trouver qu’une violette ! ». Oui, ça nous a toujours fait rigoler, mais sans aucun doute, il était discret comme une violette.

Sans aucun doute, il ferait tout encore aujourd'hui pour rester discret, et sans le vouloir délibérément, c'est sans doute ce qui m'a guidée à faire partager mes souvenirs, mais je crois que le plaisir que produisent ses dessins mérite d'être partagé.

Carte de vœux de Gring (non datée) (Collection Sylvie Gring)

Les débuts

Il naquit en 1921 à Paris et grandit dans le 18º, rue de Chartres. Issu d'une famille modeste, déjà écorchée par la première guerre, il laissa tomber l'école après le "certif" et s'est mis à faire des "petits boulots" (au cadastre, à la poste, et d'autres sans doute) pour gagner sa croûte et pouvoir dessiner. Il travaillait au tri postal la nuit pour dessiner et tirer les boutons de sonnette dans la journée.

Pendant la guerre, il avait entre 18 et 24 ans. Il fut réquisitionné pour les camps de travaux forcés, en Allemagne. De sa bouche, je ne sais rien d'autre qu'une plaine immense semée de patates qu'ils devaient bêcher et ensuite ramasser. Qu'il s'y retrouva avec des russes. Et qu'il y apprit le russe. Après guerre, cette langue devait s'avérer une des nombreuses variantes dialectales et il ne put jamais plus lui servir ailleurs. Je sais aussi qu'il y eut un bombardement, qu'une jeune femme mourut dans ses bras. Il ne m'en a jamais parlé, seulement ma mère connaissait quelques-uns de "ses secrets douloureux" et elle ne m'en parla qu'après sa mort. Malheureusement, nous n'eûmes pas beaucoup de temps pour ces confidences car elle supporta très mal sa perte et devait mourir à peine quelques mois plus tard.

un dessin de Gring publié dans L'Almanach Vermot : "Mais Monsieur le Président, vous voyez bien que c'est un imbécile ! - Suffit ! Ce n'est pas une raison pour l'avoir frappé. Les imbéciles sont des personnes comme vous et moi !"

Après la guerre, (ma mère était déjà avec lui), il vécut rue Durantin. De cette chambre de bonne sous les toits, je possède une toile. Etrange, car outre que c'est la seule qu'il nous reste de cette époque, il ne faisait pour ainsi dire pas d'huile alors. C'est une vue des toits depuis leur chambre, sans aucun personnages et, pour ainsi dire, d'un style tout à fait méconnaissable.

huile réalisée par Gring dans les années 50 représentant les toits de Montmartre, une vue des toits de l'appartement (collection Sylvie Gring)

C'est après la guerre, à l’âge de 24-25 ans, qu’il commença à pouvoir glisser de temps en temps des petits dessins dans de petites revues, magazines, journaux.

Gring illustrait la série dans France-Soir "Le crime ne paie pas" en 1950 sur des textes de Paul Gordeaux. "Images Gring" disait le bandeau titre.

Gring y illustrait cette "bande dessinée" dans un style semi-réaliste que nous ne lui connaissions pas ; une autre facette de son talent.

Pourquoi avoir choisi le dessin ? Je sais peu de choses concernant ce choix, sauf les commentaires de ses premiers fans, ses tantes qui l'idolâtraient, et qui disaient qu'il avait dès son plus jeune âge un "beau coup de crayon" car il était "capable de faire des dessins d'un seul trait sans lever le crayon". J'ai vu, il y a longtemps, précieusement gardé dans le porte feuilles d'une de ses tantes, un petit marin qu'il avait dessiné vers l'âge de 9 ans, (je ne saurais dire ce qu'il est devenu) mais, c'est vrai, il avait de la gueule. Il suivit des cours dans l'atelier de Cadiou et sont restés de bons amis. C'est tout ce que je sais de sa formation...

Dessin paru dans la Vie parisienne "Et surtout pas de familiarités, hein ?"

France-Soir

Saviez-vous qu'il travailla pour France-Soir ? Peu après la guerre, il était rentré au Service Artistique dans l'équipe des dessinateurs de presse. Il y faisait des cabochons de section et puis, tous les ans, le parcours du Tour de France à raison d'une carte de l'étape chaque jour. A cette époque, il partait au journal le matin où il avait aussi sa table et ne rentrait que le soir, pour se remettre à sa table. Plus tard, en même temps que la demande de France Soir devenait plus légère (la photo supplantait déjà le dessin), il commença à faire des piges pour beaucoup d'autres publications. Cependant, comme il avait toujours sa table à France-Soir, il garda le même rythme. Il devait préférer travailler au "Service Artistique", pour l'ambiance, sans aucun doute, et ce jusqu'en 1973. Je ne sais plus exactement en quelle année il commença à travailler à France-Soir mais ce fut une longue collaboration. Il se maria dans les années 50 et je suis née en 54. Nous habitions dans le 20º, rue Lauzin alors, au pied des Buttes Chaumont.

photo d'expo: en train de danser, la clope au bec, avec ma mère, pendant la fête de sa première expo, à l'Écluse, boîte de nuit de la Rive-Gauche, qu'avait créé un de ses meilleurs amis Léo Noël (le joueur d'orgue de Barbarie, que l'on rencontre souvent dans ses dessins). Dommage, on n'y voit pas ses dessins. C'était en 1952, 1953? (je n'étais pas encore née m'a-t-on dit mais il portait déjà des lunettes... )

Dans le genre anecdote de dessins de parcours, il y eut la visite de la Reine d'Angleterre (de Paris et des Châteaux de la Loire) en 59, je crois pour Paris-Match. A l'occasion de cette illustre visite, il y eut une cérémonie à la Mairie de Paris, au cours de laquelle le dessinateur avait été invité à remettre lui-même un dessin au jeune Prince Charles...

un des nombreux dessins réalisés par Gring pour un numéro d'avril 1959 de Paris-Match à l'occasion de la visite de la reine d'Angleterre. Le parcours détaillé de la visite à Paris y était illustré.

De cette anecdote, je sais seulement que pour lui ce fut une énorme corvée et un problème de costard. Mais voilà un lieu de recherche, puisqu'un de ses dessins "dort" dans les greniers de Buckingham Palace...

Carton d'invitation pour une expo à l'Écluse en 1953 (Collection Sylvie Gring)

Gring aux éditions Vaillant

De ses dessins parus dans la presse, nous n’avons pas grand chose puisqu’il abandonnait le plus souvent ses originaux à l’imprimerie (certainement pour éviter de sa balader avec son petit rouleau sous le bras à l'aller comme au retour).

Alors que Gring travaillait à France-Soir, il collaborait avec Roger Dal, créateur de jeux notamment à France-Soir et au Journal du Dimanche. Dal fut approché par les éditions Vaillant. Nous étions en 1968 et Vaillant le Journal de Pif devait changer de formule pour devenir Pif-Gadget et intégrer une rubrique qui n'existait pas alors : un "Journal des Jeux". C'est ainsi que Gring intègra l'équipe de dessinateurs, rejoignant Moallic ("les énigmes de Ludo") entre autres...

Jusqu'alors, c'était Kamb et Henri Crespi qui animaient les jeux dans les pages des derniers numéros de Vaillant le Journal de Pif.

Une des rares fois où Gring a dessiné le personnage de Pif le Chien, ici dans un jeu publié dans le Pif-Gadget n°383 de juillet 1976

Gring entra donc chez Vaillant en 1969 et sa signature fut présente dès le premier numéro de Pif-gadget de février 1969. Malheureusement pour nous, de son arrivée à Pif-Gadget, Sylvie Gring n'a malheureusement aucune anecdote ni souvenirs, sans doute d'anciens de l'hebdomadaire pourraient nous aider à combler cette période...

un des premiers dessins de Gring paru dans le Pif-gadget n°1

Voici les solutions du jeu : 1 :e – 2 :f – 3 :b – 4 :i – 5 :h – 6 :g – 7 :c – 8 : d – 9 :a

Les années 70'

Illustration pour le calendrier de France-Soir de 1967 pour l'édition du Val-de-Marne (collection Sylvie Gring)

Dans les années 60, nous avons déménagé pour aller vivre à Champigny sur Marne, proche banlieue parisienne, puis, début années 70, à la Varenne Saint-Hilaire, quartier chic de Saint Maur des Fossés ; toujours dans le-Val-de -Marne. Il a aussi illustré la collection de la méthode de langues Assimil.

Dessin d'illustration de Gring pour la collection Assimil

"Je crois que vous oubliez de payer la note" dessin n°60 de Gring paru dans "le Portugais sans peine" aux éditions Assimil

C'est vers 1975 que mes parents sont partis définitivement vivre en Normandie, dans l'Eure. C'était notre lieu de week-end et de vacances car ma mère y avait des attaches familiales. Ils s'y sont installés peu de temps après qu'il ait arrêté de travailler pour France-Soir d'où il avait été viré à la fin de l'époque Lazareff, engrossant de fameuses "charrettes" de licenciés. Il s'était alors à moitié retiré de la vie parisienne et ne "montait" à Paris qu'une fois par semaine pour apporter ses dessins aux hebdos avec lesquels il continuait de travailler. 

C’est là, en Normandie, qu'il put découvrir la magie des petits potagers, à l'image de ceux qui doivent encore y exister aujourd'hui, avec leurs rangées d'oignons, de salades, leur arrosoir, leur petite porte bancale...

Un cadeau pour les admirateurs de Gring : une gouache inédite intitulée "Le Chou" (collection Sylvie Gring)

Sans aucun doute, il avait été très marqué par Dubout, avec cette foule de petits détails marrants ou simplement touchants. Ses "maîtres", en vrac, furent : Dubout, Eiffel, Chaval, Mose, Bosc, Peter Arno, Chas Addams...

Cette petite gouache doit dater de la fin des années 80, époque à laquelle mon père venait de prendre sa retraite, quand il était encore plein d'illusions pour faire des expos, il en a faites quelques unes :

Il y présenta, des huiles et des gouaches, mais beaucoup ont été dispersées, soit achetées, soit offertes. Mais comme vous pouvez le constater, ses couleurs étaient si fraîches ! Ce sont des gouaches fantastiques, d'une luminosité impressionnantes (quand on pense qu'il travaillait avec une malheureuse boîte d'écolier !...).

Une nouvelle gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Malheureusement, la retraite ne lui avait pas apporté la sérénité qu'il escomptait. Il s'est vite "emmerdé". Il lui manquait le contact du travail, les rencontres fortuites, ou non, avec d'autres dessinateurs, l'ambiance des ateliers, la presse des commandes, ses ballades sur les quais, dans les rues du Marais et du Quartier Latin, je ne sais... Sa plainte était vague, mais c'est ce que j'ai pu en déduire. Il aimait la campagne mais il était parisien dans l'âme. Il ne l'a vraiment su qu'une fois privé de "son Paris" au quotidien.

Une autre gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Dans ses dessins, quand il s'agit de Paris, le plus souvent c'est un Paris campagnard, un autre Paris qui était montré. Celui de sa jeunesse, celui des "petites gens", des voitures des marchandes de quatre saisons, pas un Paris nostalgique au sens passéiste et rétrograde, mais à dimension humaine.

Une autre gouache inédite "Paul Léautaud" (collection Sylvie Gring)

Il mourut à Bernay, en août 1995.

Voici un de ses derniers dessins que me montra ma mère après sa mort. Elle me raconta qu'il lui avait dit en le lui montrant: "j'aurai même pas cette chance !" Si ce n'est pas de l'humour Gring, je ne m'appelle plus Sylvie...

"l'homme a deux beaux jours sur terre : lorsqu'il prend femme et lorsqu'il l'enterre"
 
Enfin, ce laboureur de "petits mickey", voyant sa fin prochaine..., ne put s'empêcher de reprendre le crayon pour rendre un dernier hommage - avec cet enterrement - à Jean de La Fontaine, un de ses grands maîtres. Cette année-là (1995) se célébrait le bicentenaire de sa mort.
 

dessin inédit de Gring en hommage à Jean de la Fontaine pour le bicentenaire de sa mort

Une image de lui que ses collègues devraient reconnaître: le cheveu court, des lunettes à monture façon écaille, costume-cravate, imper beige style anglais, un rouleau de bristol sous le bras, le Monde ou le Canard Enchaîné dans la poche, de longues mains griffées de marques d'encre de chine. Pas bavard, l'air sérieux, c'est bien connu, comme beaucoup d'humoriste, c'était pas un rigolard... mais quelle énergie dans l'humour !..

Gring au travail

Autoportrait de Gring pour une carte de vœux (voir la carte en entier plus bas) (collection Sylvie Gring)

Il travaillait énormément. C'est assis à sa table, penché sur le papier, que je me souviens le plus de lui. "Fais pas bouger la table", "c'est toi qu'as pris ma gomme ?", "Qui a laissé le pinceau dans l'eau ?", sont sans doute les phrases les plus fréquemment entendues par les gosses de dessinateurs et je n'y ai pas fait exception.

Dessins extraits de "2000 ans d'Alençon" ou "l'histoire d'Alençon en bandes illustrées", livre écrit par Philippe Leroux et publié en 1981 - (collection Sylvie Gring)

A la maison, il avait "sa table". Quand nous habitions à Paris, c'était si petit que c'était aussi celle qui servait pour les repas. Plus tard, il a pu avoir une pièce à lui. C'était un endroit fabuleusement attirant, avec ses murs de cartons appuyés contre un mur, ses étagères de bouquins ou en pile par terre et sur des chaises, ses forêts de crayons (critérium), de plumiers, de boîtes de plumes et de bouteilles d'encre de Chine... L'odeur me revient rien que d'en parler… (à chacun ses madeleines).

dessin publicitaire issu du programme du gala des Chansonniers de 1964 dont Gring faisait partie (ndlr : d'autres auteurs comme Moallic y ont participé aussi) - (collection Sylvie Gring)

Voici une photo d'atelier: en personnage central dans un atelier. Où ? je ne sais, peut-être à France-Soir. Quand ? dans les années 50, je suppose, car il ne portait pas encore de lunettes. C'est la seule que j'ai de lui au travail, mais elle est si bellement éclairée et composée que c'est un moindre mal.  

Photo de Gring dans un atelier (collection Sylvie Gring)

En dehors de son habilité à manier crayons, plumes et pinceaux, il n'était pas manuel pour un rond et un clou et un marteau avaient presque autant de mystère pour lui qu'une perceuse... Ses longues stations à sa table de travail, penché sur le bristol, lui infligèrent très vite des lésions vertébrales et à dure peine pouvait-il ramasser un crayon tombé par terre dans ses dernières années de vie.

Poster géant illustré par Gring de 80 x 60 cm paru dans Pif-gadget spécial Tour de France 1979.

Les thèmes de Gring

autre dessin publicitaire issu du programme du "Gala des Chansonniers" de 1965 - (collection Sylvie Gring)

Il faudrait que je me penche sérieusement sur un thème qui me semble important dans ses dessins: son imagerie. Il avait des thèmes de prédilection, sans doute est-ce plus notable dans ces gouaches libres que dans les commandes, encore que... je lis tellement de petits messages dans ses dessins que je ne sais pas par où commencer, en fait.

A l'époque des jeux (il en a fait aussi pour Télé 7 Jours, puis Télé 7 Jeux), je me suis gavée de proverbes en rébus et de 7 différences ! J'étais incollable ! Mais, fanfaronnade mise à part, ce qui me vient à l'esprit en disant cela, c'est qu'il avait développé une "imagerie", des codes, bien à lui. Ça m'est revenu avec l'anecdote du joueur d'orgue de Barbarie, son ami Léo Noël, et ce serait intéressant de se pencher sur ce thème.

Gring a collaboré avec Gilbert Richard et Roger Dal pour réaliser des "Journal des Jeux spécial Cirque" en 1971 dans Pif-Gadget. Voir à ce propos le dossier "le Cirque Pif présenté par Gilbert Richard" sur le site Pif-Collection

Il y avait le cirque, les personnages de la Comedia dell'Arte, le Guignol, les ventes aux enchères (appelées "vendues" en Normandie, où on sortait sur le pas de la porte le mobilier et autres objets domestiques pour que le maître-priseur, grimpé sur une chaise face aux acheteurs et aux curieux, procède à la vente), mais aussi les magasins d'antiquités, les serveurs de café, les écoliers, les marchandes de quatre saisons... et les bonne-sœurs ! Dans ses gouaches "libres", il s'en est donné à cœur joie de froisser des cornettes et de faire des faunes... C'était son côté rabelaisien.   

Jeu "Le Cirque" paru dans Le Journal de Mickey n°1435

"Dans la première image le cirque arrive et dans le seconde il donne sa représentation. Pouvez-vous reconnaître tous les personnages de la première image dans la seconde ? Cela est possible grâce à un détail."

"Solution : On retrouve l'avaleur de sabre A grâce à son maillot rayé 4 - Le musicien B à son pantalon 1 - L'écuyère C à son bracelet 3 - Le jongleur D à ses moustaches 2 - Le magicien E à sa canne 7 - L'haltérophile F à sa médaille 5 - LE clown G à sa cravate 6."

La plupart de ses dessins étaient réalisés à la plume et à l'encre de chine. Je reconnais bien volontiers l'inspiration Gring chez certains dessinateurs, surtout chez Dupuy et Berbérian.

un hommage de Dupuy et Berbérian, qui nous rappelle ici que - hélas - Gring n'a jamais illustré de couverture pour l'hebdomadaire Pif-Gadget Dupuy - Berbérian / Editions du Panama)

Révolté et contestataire

Il était profondément révolté, contestataire. Un fier héritier de Gavroche.

Gring (Collection Sylvie Gring)

Je sais qu'il y a eu un conflit avec le Journal de Mickey. Vers la fin des années 70. Une sorte d'ultimatum de la part de Mickey. Il devait choisir: Pif ou Mickey. L'enjeu était politique (ça fait sourire aujourd'hui, mais je crois que c'était les derniers coups de queue de la "guerre froide", en tout cas c'est ainsi qu'il l'interpréta.) Son choix a été tout à fait caractéristique de son éthique personnelle: "celui qui me met la pression a perdu, je resterai avec Pif".

Carte de la Corse vue par Gring (Pif-Gadget n°466)

C'est l'importance du dessin dans la presse à cette époque qui lui a permis de percer et de faire sa place. Ses dispositions, la pratique et l'acharnement ont dû faire le reste. Son contrat avec France-Soir l'empêchait de travailler avec d'autres quotidiens mais pas avec des mensuels ni avec des hebdomadaires C'est ainsi il y avait des Gring dans l'Auto-Journal, Pif, Mickey, Franc-Jeux, etc, (excusez le désordre) et des participations à des livres de classes. L'Almanach Vermot, est sans doute l’une de ses plus anciennes publications.

Superbe document: une carte de vœux collective de Gring, Rogel Dal, Loÿs, Segret, Arca et Gil de 1973 ! (Collection Sylvie Gring)

Gring et l’amour du livre

Voici une carte postale de "La Charette" à Bernay, qu'avait ouvert Leroux dans les années 75 (cf. les "charettes" de France-soir), magasin d'antiquités de nos amis de Bernay où mon père a fait des expos, pour qui il avait aussi peint l'enseigne (malheureusement la photo ne permet pas de la voir plus précisément). Le type qui est sur la carte n'est pas Gring mais lui ressemblait pas mal aussi à mode de gag, il l'avait envoyé autour de lui en disant qu'on lui avait fait une carte postale.

Gring à sa table (collection Sylvie Gring)

Avec le temps et des revenus nettement plus confortables, il est devenu collectionneur de livres. De livres illustrés, de livres anciens et de livres tout court... Quand l'alibi n'était pas "la doc", c'était l'édition, la reliure, le texte, l'illustration ou le papier, mais c'était surtout sa fringale de Savoir qui se rebiffait. Et aussi sa fringale de "Beau", son besoin de racines, sa fascination pour la pensée et l'art.

Gring a illustré pas mal de couvertures de livres, ici "c'est pas beau de copier" en 1956 aux éditions Pierre Amiot...

...ou encore "Contes et Images du Périgord" en 1964 aux éditions Pierre Fanlac

Les études qu'il n'avait pas pu faire, le passé qui était resté écorché, la ruine puis la dispersion et presque totale disparition de sa famille pendant la guerre, un acharnement à sortir de la médiocrité et à lutter contre la bêtise, les idées préconçues et la cruauté vécue, tout cela a fait de lui un autodidacte à la fois humble et tenace, amère et tendre, pacifique et intransigeant. Sa passion de savoir s'était presque étanchée avec le Siècle des Lumières et les grands classiques mais il ne cessa jamais de l'alimenter de tout ce qui était nouveau, et révolutionnaire aussi. Un érudit, un Humaniste, attiré aussi à un moment par la franc-maçonnerie mais gêné je crois par ses rituels. Ce sont là des bribes de souvenirs.

une affiche signée Gring (non datée) (collection Sylvie Gring)

Politiquement, il était plus anar que de gauche, même si en 68, il avait voté Krivine. Il avait rencontré Cohn-Bendit à la Sorbonne et les revendications posées l'enthousiasmaient. Ça lui redonna une grande énergie. Politiquement parlant sans doute, et je crois même que l'expulsion de Cohn-Bendit de France lui permit de retrouver une part de dignité perdue, celle d'avoir des racines juives et allemandes. Plus tard, il aurait voté Coluche, et à partir de cette époque, il se décanta plutôt pour les Verts...

Carte de vœux de Gring de 1960 (Collection Sylvie Gring)

Il avait été farouchement contre la guerre d'Algérie et pour toutes les révolutions qu'il y a eu, même si dans le même temps il était le premier à les critiquer et à savoir que sous n'importe lequel de ces régimes il aurait été dissident... Dans mon souvenir, c'est aussi la première personne que j'ai entendue critiquer les tactiques d'implantation de l'état d'Israël.

Cette conscience aigüe des enjeux politiques lui conférait une sorte de lucidité ardente qu'il ne partageait qu'avec très peu de gens. Est-ce pour cela qu'il s'est mis de plus en plus farouchement à "cultiver son jardin", au sens métaphorique du terme, et qu'il s'est de plus en plus replié sur un noyau très étroit de relations ?

Menu de mariage illustré par Gring (collection Sylvie Gring)

Il ne savait pas faire de concessions, il était exigeant envers tous (car selon lui, nous étions/sommes tous responsables de tout) et avec beaucoup d'orgueil, il revendiqua un isolement choisi. Je le vis lire et relire, pendant des années, le "Journal littéraire" de Paul Léautaud. Il l'admirait profondément et quelque part s'identifiait à lui.

dessin "Sans paroles" de Gring

Il prenait volontiers chaque dimanche l'apéro avec le garde-barrière et le curé de la paroisse mais il fuyait en courant s'il rencontrait un "emmerdeur" de Paris sur le marché.

Article paru dans le quotidien Paris-Normandie du 18/02/1960
Gring a contribué à la campagne "Jeunesse au plein air". Ci-dessus un article paru dans Paris-Normandie sur Gring devant chez lui à Bernay dans l'Eure. (collection Sylvie Gring) .A gauche un timbre de 1960 illustré par Gring.

Faut dire que dans les années 70, la Normandie est devenue la résidence secondaire des parisiens et il se sentit agressé par cette frivolité montante. Il n'aurait jamais mis les pieds en Espagne avant la mort de Franco mais quand, en 80, je lui écrivis que je venais de m'installer à Barcelone, il s'enthousiasma à l'idée de venir visiter le Musée Picasso récemment ouvert.

Cette attitude exigeante et intransigeante n'a pas été facile à vivre par son entourage immédiat mais ça en valait vraiment la chandelle car qu'au bout du compte, il donna plus qu'il ne demanda.

publicité pour la Loterie Nationale issue du programme du "Gala des Chansonniers" de 1967 sur des vers de Raymond Baillet (dessin dédicacé par l'auteur) - (collection Sylvie Gring)

Curieusement, le jour où avec mon fils nous sommes allés au ciné voir "Le destin d'Amélie Poulain", nous l'avons vu à l'unisson. C'était lui le vieux voisin grincheux qui peint infiniment ce tableau de Renoir. Parce qu'il était devenu grincheux et plus exigeant ("Renoir, nom de Dieu, Renoir !") et subversif que jamais ! Parce qu'il avait intérieurement ce "look" voltairien, son caractère était coiffé à la Voltaire.

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain © UFD

Propos de Sylvie Gring recueillis par Philippe Baumet avec ses plus vifs remerciements.

Les gouaches de Gring

Nous avons été tout simplement émerveillés par les gouaches que Sylvie Gring nous a montrées durant la préparation de ce dossier. Nous n'avons pas pu nous empêcher de lui demander de nous en présenter de nouvelles, en voici donc une sélection...

Une autre gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Dans ces gouaches, nous retrouvons un thème qui faisait grincer des dents Gring.

Une autre gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Un diablotin emportant trois enfants avec lui...

Une nouvelle gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Dans cette série, nous retrouvons un personnage et un lieu récurrents : une religieuse et une église de campagne.

Une nouvelle gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Une ronde de religieuses...

Une nouvelle gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Des religieuses qui s'envolent accrochées à une mongolfière...

Une nouvelle gouache inédite (collection Sylvie Gring)

Enfin, voici deux gouaches de circonstance sur le thème de Noël.

Une nouvelle gouache inédite sur le thème de Noël (collection Sylvie Gring)

Le panneau indicateur "Anglore" pourrait avoir un lien avec les vins des Côtes du Rhône, Gring était effectivement un amateur de bons crus.

Une autre gouache inédite sur le thème de Noël (collection Sylvie Gring)

Un grand Merci à Sylvie Gring pour ces documents inédits !

Gring et la BD

Sylvie Gring ne se souvenait plus elle même que son père avait tâté un peu de la BD à ses débuts. Il faut dire que ses interventions furent rares et hélas une nouvelle fois, discrètes. Nous devons ces découvertes à Mariano Alda et Christian Potus qui nous ont retrouvé ces documents dans leur bibliothèque.

Le premier récit complet ne compte pas moins de huit pages et est daté du premier trimestre 1947. Ce sont les Éditions SAETL qui eurent la bonne idée de donner à Gring la possibilité d'éditer un album (broché). Cette histoire fait partie de la collection des récits complets de la sélection "Pic et Nic".

C’est effectivement son seul album BD connu. Paradoxalement, le sujet est assez éloigné de l'esprit auquel nous avait habitué Gring. Ses dessins y sont bien éloignés de la poésie habituelle. Ici, il s'agit d'une histoire sanguinaire et amorale qui voit triompher un vizir cupide et cruel.

S'il n'y avait pas la signature pour l'attester, il serait difficile d'accorder la paternité de ces planches à Gring...

Plus proche de la poésie que nous connaissons de Gring, voici quatre cases dénichées dans Francs-Jeux n°4 : "la nature est vraiment trop belle".

Parmi les premiers dessins de Gring publiés dans Francs Jeux n°4

Comme bien d'autres auteurs, Gring aurait très probablement été plus reconnu par la profession s'il avait réalisé davantage de BD.

Objets illustrés par Gring

porte-clefs Virlux illustré par Gring

Outre les nombreuses illustrations publiées (livres, manuel de langues, quotidiens, hebdomadaires...), il faut noter que Gring a aussi réalisé une série de 12 dessins pour les porte-clefs Virlux. Les 12 signes astrologiques vus par Gring. Ci-dessus : le Scorpion et photo ci-dessous : les Verseau, Poissons, Taureau, Balance, Sagittaire et Bêlier .

porte-clefs illustrés par Gring

Merci aux fins limiers Mariano Alda, Christian Potus qui nous ont permis de vous faire partager certaines de leurs trouvailles.

Jouons avec Gring : 10 jeux !

Comment ne pas résister à vous faire jouer avec les dessins de Gring ? Quel plus bel hommage pourrions-nous lui rendre ?

Nous avons sélectionné quelques uns de ces innombrables dessins que nous regardions pendant de longues minutes pour y trouver telle ou telle erreur, pour y dénicher l'anomalie dans un plan d'ensemble comme seul Gring savait les composer ; dans un désordre totalement organisé. Son trait, très ligne claire, lui permettait d'exceller dans cet exercice. Malheureusement, le support d'un site ne permet pas de proposer des dessins dans une qualité comparable à la publication du papier et il vous sera - malheureusement - probablement difficile de jouer dans de bonnes conditions et nous nous en excusons...

Jeu n°1 - "C'est la ruée chez le marchand de journaux. Mais un lecteur de Pif-gadget a été plus rapide que les autres puisqu'il a disparu aussitôt après son achat. Lequel est-ce ?" Un jeu paru dans le Pif-Gadget n°500 d'octobre 1978.

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°2 - Ces deux scènes se ressemblent : les objets d'un marchand se retrouvent chez l'autre, à quelques exceptions cependant. Cherchez : 1° Quel objet du premier marchand ne se retrouve pas dans celui du bas ? - 2° Quel objet du second marchand n'est pas dans celui du haut ? 3° Quel objet possède en plus le premier marchand ? Un jeu paru dans l'Almanach Télé 7 Jours de 1979.

 

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°3 - Voici un jeu qui illustre parfaitement ce que Pif-gadget nous avait donné l'habitude de voir, des photos montages sur les dessins de Gring. Ensuite, ce jeu est devenu un classique chez Gring : "la chaîne". Il s'agit de passer de la case 1 à 8 à l'aide d'un détail commun entre deux cases. Ici un deuxième jeu s'y ajoute : il faut retrouver quel chanteur interprète les chansons de A à H. Ce jeu date de 1978 et quelques 30 ans plus tard, un troisième jeu vient s'y greffer pour les plus jeunes : quel est le nom de ces chanteurs ?.. Un jeu paru dans Pif-Gadget n°465 de février 1978.

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°4 - Bulles médiévales "Rends à chacun la bulle qui lui revient". Un jeu paru dans Pif-Gadget n°345 d'octobre 1975.

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°5 - "Deux significations différentes de dix noms sont illustrées dans ces deux tableaux. Découvrez-les !". Un jeu paru dans Le Journal de Mickey n°1436 de janvier 1980. Pour vous aider, voici une réponse : dans la première case le voleur porte un "loup" et dans la deuxième, un "loup" est adossé à l'arbre.

Jeu paru dans Le Journal de Mickey n°1436 de janvier 1980 : "Deux significations de dix noms sont illustrées dans ces deux tableaux, Découvrez-les !"

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°6 - "Neige et glace - Anomalies en gelée", "Peux-tu dire quelles sont les quinze anomalies figurant dans cette cène hivernale ?", un jeu paru dans Pif-Gadget n°464 de février 1978.

 

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°7 - "Les Charlots en liberté", "Redonne à chacun la bulle qui est la sienne", un jeu de plateau paru dans Pif-Gadget n°463 de février 1978.

 

Pour aller voir : la Solution du Jeu

Jeu n°8, 9 et 10 - "Il y a trois jeux dans cette farandole endiablée !

Ce jeu est paru dans Pif-Gadget n°468 de mars 1978.

Jeu paru dans Pif-Gadget n°468 de mars 1978

Solutions des Jeux

Solutions Jeu n°1 :

Voici les solutions du Jeu n°1

Celui qui a un béret et un t-shirt à lignes verticales devant l’affiche

Passer au jeu suivant : Jeu n°2

Solutions Jeu n°2 :

Voici la solution du Jeu ...

Une épée sous le casque chez le 1er marchand ; un rouleau de papier sous la table du 2ème marchand ; un moulin à café à côté du fauteuil du 1er marchand

Passer au jeu suivant : Jeu n°3

Solutions Jeu n°3 :

Voici la solution du Jeu n°3 paru dans Pif-Gadget n°465 :

la chaîne est : de 1 à 6 le cachet de cire, de 6 à 2 le revers de manche, de 2 à 7 la ceinture, de 7 à 4 le zéro et le bout du canon, de 4 à 3 les souliers à boucle, de 3 à 5 le cœur, de la carte et du robinet, de 5 à 8 la garde de l'épée.

Les chanteurs et les titres de chansons : sont à distribuer ainsi, C à Sheila (1), à H à Alain Chamfort (2), D à Eddy Mitchell (3), G à Gérard Lenormand (4), E à Carlos (5), A à Patrick Juvet (6), F à Frédéric François (7) et B à Dalida (8).

Passer au jeu suivant : Jeu n°4

Solutions Jeu n°4 :

Voici les solutions du Jeu n°4 :

1 :D- 2 :f – 3 :e – 4 :c – 5 :b - 6 :h – 7 :g – 8 :a

Passer au jeu suivant : Jeu n°5

Solutions Jeu n°5 :

Voici les solutions du Jeu n°5 paru dans Le Journal de Mickey n°1436 :

Les deux significations à trouver sont : 1 La chemise (pendue sur le fil et en carton dans les mains d’une des fillettes) – 2. La glace (le miroir et le cornet de glace) - 3. Le chien (celui du fusil accroché au mur et aux côtés de l’âne) - 4. Le loup (du cambrioleur et l'animal) - 5. Le pic - 6. La cocotte (en papier sur la charrette et dans l’âtre de la cheminée) - 7. Le melon - 8. Les jumelles (les fillettes sur la charrette et celles sur la cheminée) - 9. Le canard - 10. Le pistolet (sur la table de dessin et à la ceinture du paysan)

Passer au jeu suivant : Jeu n°6

Solutions Jeu n°6 :

Voici les solutions du Jeu n°6 paru dans Pif-Gadget n°464:

Les 15 anomalies sont : Une hirondelle en plein hiver dans le ciel ; la vache avec un bandeau  ; le crabe au bout d'un pied ; le poisson est plus gros que le trou, c'est un thon  ; un personnage patine avec les mains ; un autre laisse des traces de pas sur la glace ; un homme avec des échasses ; une patineuse joue au hockey avec un gros ballon ; elle a coupé une paire de skis ; le skieur sur le lac gelé ;une planche à roulettes ; un corbeau tire sur un ver ; le patineur sur la neige et celui a le patin à l’envers (ce qui explique sans doute sa chute !).

Passer au jeu suivant : Jeu n°7

Solutions Jeu n°7 :

Voici les solutions du Jeu n°7 paru dans Pif-Gadget n°463:

Le bon ordre des bulles est : a : 4 – b : 5 – c : 2 – d : 6 – e : 3 – f : 1

Passer au jeu suivant : Jeu n°8, 9 et 10

Solutions Jeu n°8, 9 et 10 :

Voici les solutions du Jeu 8, 9 et 10 :

Document : un jeu inédit de Gring

Voici pour terminer ce dossier sur ce talentueux dessinateur qu'est Gring, un document que nous propose Sylvie : un jeu inédit sous la forme d'un poème. Un magnifique cadeau !

jeu poème inédit de Gring (collection Sylvie Gring)

Pour la petite histoire, ce jeu avait été refusé par Roger Dal et n'avait donc jamais été publié dans l'hebdomadaire Pif-gadget.

la solution du jeu poème de Gring

Jeu concours Spécial Noël !

Pif-Collection vous offre 3 exemplaires de ce ne numéro Pif-Gadget n°0 hors commerce de 2004 !

Et pour continuer avec les cadeaux et les jeux de Gring, voici un jeu concours qui vous permettra de gagner l'un des 3 lots offerts par le site Pif-Collection. 3 numéros 0 collector de Pif-gadget du mensuel sorti en 2004 !

Pour tenter votre chance, rien de plus simple, il vous suffit de jouer aux 3 jeux ci-dessous et d'envoyer les réponses par email en suivant ce lien: Jeu concours Spécial Noël. En stipulant dans l'objet "Concours Noël 2007".

Jeu concours n°1 :

"C'est Noël sur la planète WXCVBN, pour savoir à qui sont destinés ces cadeaux parmi les 5 martiens, voici des indices : il porte une ceinture, une bouche, des pieds pointus et trois cornes. De quel martien s'agit-il ?"

Jeu concours n°2 :

"Combien de fêtards sont présents dans ce réveillon ?"

Jeu concours n°3 :

Retrouvez l'ordre de cette histoire de Noël en passant d'une image à l'autre à l'aide d'un objet présent dans les deux cases, en commençant par la case 1 et en finissant par la case 6.

Dimberton et Jean-Pierre Dirick s'exposent !

le détective Archibald par François Dimberton dans Pif-Gadget n°1125

François Dimberton a collaboré à l'hebdomadaire Pif-Gadget à partir de 1976 sur des séries personnelles (Archibald, Agence Celsius) ainsi que sur les aventures de Pif et Hercule. Voilà une bonne nouvelle pour tous les amateurs de ce dessinateur, la bibliothèque municipale de Blainville sur Orne (dans le Calvados à 4 km de Caen) organisera le samedi 19 janvier 2008 une manifestation consacrée aux grands détectives et au polar en général. L'entrée de ce festival est gratuite et vous permettra d'y retrouver François Dimberton en dédicace en compagnie de Jean-Pierre Dirick (l'Inspecteur Tim ainsi que de nombreux jeux).

De nombreuses expositions autour de la BD et du polar y seront visibles avec notamment "la BD à énigme" où le lecteur doit découvrir le coupable...

album de Jean-Pierre Dirick "Mes années Pif" reprenant des énigmes de Tim paru en 2004 aux éditions Le coffre à BD

Informations pratiques : lieu de la Manifestation : Espace Culturel Paul Eluard. Renseignements : 02.31.06.02.06 ou emiliomenez@yahoo.fr

Les chiens célèbres dans la BD, le cinéma et la TV

Une exposition Pif le Chien aura lieu à Clermont-Ferrand à l'occasion du célèbre festival du Court Métrage fin Janvier, début Février 2008... Pif le Chien fera partie du casting et s'exposera pour rappeler la place du chien marron et jaune qu'Arnal fit naître il y a près de 60 ans ! Cette exposition aura lieu dans le hall du Conseil Général et ouverte du lundi au vendredi de 10 à 18h et le samedi de 14 à 18h. Nous vous donnerons plus de détails dès que possible sur les dates précises et coordonnées pour plus de renseignements. Cette exposition proposera des objets, des publications y seront exposés pour rappeler l'univers de Pif.

N'oublions pas que l'année 2008 sera l'année Pif : il fêtera ses 60 ans au mois de Mars 2008, c'est en effet le 24 mars 1948 que les lecteurs du quotidien l'Humanité découvrirent tout d'abord Pif. Et c'est sous la forme d'un chien en Noir et Blanc que Pif fit ses premiers pas, les pages BD n'étant pas en couleurs...

Salut Pierrot ! Une vidéo interview express de Pierre Perret par Jean-Luc Muller

"le plaisir des dieux" aux éditions Naïve

Si nous devions faire un hit parade des chanteurs les plus connus, toutes générations confondues, Pierre Perret en ferait assurément partie. De la fameuse chanson "le zizi", en passant par "Lily", "Les jolies colonies de vacances" ou encore "Ouvrez la cage aux oiseaux", il continue à faire chanter petits et grands avec ce même bonheur et cette même éternelle jeunesse. Il vient de sortir à la fin novembre un nouvel album "le plaisir des Dieux" aux éditions Naïve et parcourt les trésors de la chanson populaire française, avec cette fois-ci, un album de chansons paillardes connues ou bien inédites... Décidément Pierre Perret n'est pas un artiste conformiste.

A l'occasion d'une rencontre avec le chanteur, Jean-Luc Muller a tendu le micro à Pierre Perret et lui a remis en mains un exemplaire d'un numéro de Pif-Gadget de mars 1976 dans lequel il avait participé. Il lui demanda de nous dire quelques mots de Pif-Gadget à la caméra...

Jean-Luc Muller :

"J'avais été embauché pour filmer en vidéo une remise de médaille honorifique à Pierre Perret. Ce jour-là, il devenait parrain du ... concours national des terrines, et se voyait au passage décerner une médaille pour sa contribution à la cuisine familiale (avec notamment son livre "le Perret Gourmand"). Nous étions très très loin de l'univers de Pif... J'avais prévu de tenter de lui soutirer une mini interview pour moi à la fin, mais le temps était compté, d'autant qu'en ce jour de grève totale des transports (ndlr : nous sommes en novembre 2007 en pleine grève des transports qui a duré 10 jours), tout le monde était en retard, énervé, etc... Dès son arrivée, il nous prévient qu'il a une promo radio à faire juste après et qu'il a malheureusement très peu de temps. Au moment de m'approcher de lui pour lui coincer un micro-cravate, j'en profite pour lui demander s'il accepte de m'accorder à la fin une minute pour parler de sa participation à Pif-Gadget... Cela le fait rire et, bien que son temps soit compté, il accepte en disant "ah oui, c'est vrai que j'ai fait plein de trucs avec eux, je les connaissais bien."

Pierre Perret et Jean-Luc lors de l'interview

Ainsi, on se retrouve à la fin de l'interview et je m'approche rapidement avec le Pif-Gadget numéro 370 - sa première participation, à ma connaissance, et en tous cas sa première couv' chez PIF.
Il s'amuse en redécouvrant les pages intérieures, et notamment la mise en BD de Poirier. Comme son épouse (qui est aussi son assistante, je crois) lui rappelle qu'ils sont en retard pour une interview à Europe1, je fais le plus vite possible, et tourne en une seule prise. Il se lance sans filet comme le pro qu'il est, et j'arrive même à caler un gros plan pour son clin d'œil final. Et là je lui explique qu'il y a des sites de collectionneurs et que ce serait bien de leur faire un petit coucou. Il s'emmêle les pinceaux - pressé par le temps - mais parvient à terminer par un mot pour Pif-Collection, que j'ai gardé pour le clip. Et là, chose amusante, au lieu de garder le Pif-Gadget que j'avais apporté pour lui, il me le dédicace et donc je repars avec !

la précieuse dédicace de Pierre Perret à Jean-Luc

Vraiment une rencontre géniale avec un Monsieur d'une très grande gentillesse..."

Cliquez sur la photo pour visualiser la vidéo sur le site DailyMotion.

Jean-Luc Muller nous apporte quelques précisions par rapport à cette interview : "A la fin, on n'entend pas forcément très bien ce qui est dit, dans le médaillon. Je lance "Et voilà, le tour est joué !" parce qu'en une minute on avait bouclé la chose. Il ajoute "Compromis à tout jamais !", allusion au fait qu'ensuite ce serait diffusé sur internet et n'importe où ! Il a été absolument charmant et vraiment aussi sympa qu'on peut l'imaginer, sans l'ombre d'une distance et très chaleureux malgré le peu de temps et le fait aussi qu'il était enrhumé !"

Et Jean-Luc d'ajouter cet épilogue : "J'ai eu l'occasion de le revoir exactement 15 jours plus tard, au même endroit, cet hôtel où il descend quand il est en concert ou en promo à Paris, car j'y retrouvais la personne qui m'avait fait tourner l'interview et qui devait y faire signer une pile d'exemplaires du "Perret Gourmand" ! - inutile de préciser que j'en ai profité pour lui faire dédicacer un exemplaire de son autobiographie "Le Café du Pont" !). Je lui ai remis le petit DVD du clip que j'avais monté entretemps. Son attachée de presse l'avait visionné sur internet et était enthousiaste. Il était ravi, bien que ne l'ayant pas encore vu et, comme si on poursuivait la conversation deux semaines plus tard, me redisait que cela avait été un bon souvenir, sa participation à PIF et qu'il avait conservé dans ses archives tous les numéros et les photos de ces séances".

Un grand merci à Pierre Perret pour ce clin d'œil et évidemment à Jean-Luc Muller pour avoir pu capter ces images rafraîchissantes !

Sur sa lancée, Jean-Luc nous a promis une nouvelle surprise en vidéo pour le début de l'année 2008 ! Mais chut... Nous n'en dirons pas plus...

Pierre Perret dans Pif-Gadget

Pif-Gadget n°370 de mars 1976

Vous souvenez-vous des participations de Pierre Perret à l'hebdomadaire Pif-Gadget ?

Suite à sa rencontre avec Pierre Perret, Jean-Luc Muller nous apporte quelques précisions concernant les participations de l'auteur compositeur et interprète à l'hebdomadaire Pif-gadget : "Pierre Perret fait allusion dans son interview à "au moins 10 numéros" auxquels il a participé. Je pense qu'il fait allusion notamment à la campagne autour d'une chanson à créer dans l'hebdomadaire et qui a duré plusieurs semaines, dans le cadre de l'Année Internationale de l'Enfance, en 1979. On l'y voit souvent en pages intérieures. Et puis, lorsqu'il participait à Pif-Gadget, il s'investissait complètement, se prêtant à des séances photo pour le journal des jeux, etc...Par ailleurs il avait aussi collaboré à l'éphémère revue "Télé-Gadget", créée par des membres de l'équipe de Pif-Gadget. En tous cas il m'a dit plusieurs fois qu'il était très copain avec des gens de l'équipe, et c'est pourquoi il participait activement à ces numéros de Pif-Gadget, qui touchaient évidemment son public jeune. Il ne se souvenait malheureusement plus des noms de ces amis de l'équipe Pif-Gadget, ce qui fait que j'ignore si ce sont eux qui l'avaient sollicité, ou bien s'il les connaissait par ailleurs..."

Télé Gadget n°13 du 18 au 24 décembre 1971

Effectivement, Pierre Perret avait participé à l'hebdomadaire de Télévision "Télé Gadget" créé par des anciens de chez Vaillant en 1971 (voir à ce sujet le livre de Richard Medioni "la véritable histoire de Pif-Gadget..." aux éditions Vaillant Collector) dans le numéro 13 de décembre 1971. Il y présentait le gadget des "vraies baguettes chinoises".

Après l'arrêt de l'hebdomadaire Télé Gadget en 1972, il fallut attendre mars 1976 pour voir Pierre Perret faire sa première apparition dans l'hebdomadaire Pif-Gadget. Et c'est en couverture du numéro 370 qu'il y présentait le gadget de "la tache qui disparaît" à l'occasion de la campagne des "10 Grands trucs de la Science".

A cette occasion, il se prêta au jeu du roman photo avec des dessins de Jean-Claude Poirier, très à l'aise avec cet exercice. "les leçons de bêtises du professeur Pierre Perret" comptait pas moins de 8 pages. Il y prodiguait "5 leçons pour faire de bonnes bêtises" avec le gadget de la semaine : un tube d'encre invisible. Des leçons probablement très appréciées par les parents à l'époque...

Cette première expérience allait être suivie moins d'un an plus tard à l'occasion du gadget "le restaurant des oiseaux" qui collait parfaitement à la poésie de Perret. Ce gadget permettait de réaliser un abri pour oiseaux pour les protéger de l'hiver. Le numéro 412 de Pif-Gadget fut publié en février 1977.

Pif-Gadget n°412 de février 1977

Enfin, en 1979 Pierre Perret fut choisi par l'hebdomadaire comme parrain de l'année de l'enfance 1979 et il participe à la réalisation d'une "chanson pour les enfants". Cette campagne permit à Pierre Perret de faire à nouveau la couverture de l'hebdomadaire avec le numéro 514.

Pif-Gadget n°514 de janvier 1979

Lors de l'année de l'enfance de 1979, l'hebdomadaire avait lancé le projet de créer une chanson composée par Pierre Perret sur les enfants et pour les enfants. Il suffisait d'écrire sur une carte postale le thème choisi pour cette chanson et de l'envoyer à la rédaction. Pierre Perret devait la composer à partir des indications des enfants et s'engageait à la chanter.

Pierre Perret joua une nouvelle fois le jeu avec un roman photo sur 2 pages mettant en scène Pif et Hercule dessinés par Motti.

Enfin, dans le numéro 517, une pleine page mettait en scène Pierre Perret destinée à encourager les enfants à lui écrire pour cette chanson.

Pierre Perret fait une dernière apparition en photo à l'occasion du 1000ème numéro de Pif-Gadget en mai 1988. Souhaitons que nous puissions un jour revoir Pierre Perret dans les pages de Pif-Gadget...

Jouons avec Pierre Perret

Comme cette news et placée sous le signe du jeu, continuons avec Pierre Perret qui se prêta de nombreuses fois à des séances photos pour le Journal des jeux de Pif-Gadget. Il posa pour des attitudes qui servait d'illustration à différents jeux. Celui que nous vous proposons est issu du Pif-Gadget n°514 de janvier 1979.

Jeu publié dans le Pif-Gadget n°514 de janvier 1979 (dessins de Alpha)

Il s'agit de rendre à chacun des personnages la bonne bulle... Question subsidaire : quelle chanson de Pierre Perret évoque chacune de ces situations ? (les dessins sont de Alpha)

Solutions du jeu :

A-3, B-5 (Le Tord-Boyaux) ; C-7 (Les jolies colonnies de vacances) : D-6, E-1 (Le plombier) ; F-2 (Tonton Cristobal) ; G-4 (Ouvrez la cage aux oiseaux).

Les trésors du Courrier des lecteurs de Pif-Gadget

A quoi bon se creuser la tête pour chercher des news pour le site... En consultant les anciens numéros de Pif-Gadget vous pouvez très facilement retrouver des trésors dans les courriers des lecteurs de chaque numéro...

Prenons un numéro au hasard, le Pif-Gadget n°517 de février 1979. Deux photos retiennent notre attention...

La main de Pif patate

photo issue du courrier des lecteurs de Pif-Gadget n°514 de janvier 1979

Etonnante pomme de terre qui pourra la rapprocher de la main de Pif qui était devenu un symbole de combat (année de l'Enfance, les animaux, le sport...) pour l'hebdomadaire. Celle-ci a été découverte par B.B. "

couverture du Pif-Gadget n°560 de janvier 1979

Dr Justicia

photo issue du courrier des lecteurs de Pif-Gadget n°514 de janvier 1979

Les amateurs du personnage de Jean Ollivier et de Marcello auront un petit sourire, voici l'affiche du film Docteur Justice en espagnol, il s'agit d'une réclame pour cette version dans une salle de cinéma à Cuba en 1978.

affiche du film "Docteur Justice" de Christian-Jaque en 1975

A vos Pif-Gadget, trouvez-nous vous aussi des trésors dans les courriers des lecteurs en envoyez-les nous !

Des "madeleines" chez votre libraire

Les Années Dorothée

Il n’y a pas si longtemps, seulement quelques années en arrière, il paraissait un peu présomptueux de parler de "génération Goldorak", de "génération Pif" ou encore de "génération Casimir"…

La nostalgie de ces années 70’- 80’, que certains attendaient comme une évidence, s’est largement installée depuis au sein de la vie quotidienne. De la musique (les retours gagnants des Michel Delpech, Polnareff…) aux dessins animés (Thunderbirds, Pollux, Goldorak, Albator…), en passant par les séries TV (Magnum, Amicalement Vôtre, Mystères de l’Ouest…) et par la BD (Pif-Gadget, Pilote, Télé Junior…), les stars qui ont peuplé notre jeunesse font à tour de rôle, un retour fracassant sur le devant de la scène.

Aujourd’hui, de nombreuses, revues, sites, livres traitent de ces madeleines, le dernier en date vient de sortir au début octobre aux éditions Chronique, « Les années Dorothée ».

Les éditions Chronique possèdent déjà un beau catalogue sur cette nostalgie (voir sur le site Pif-Collection : News n°433 de décembre 2004) et ce dernier est un peu particulier, il s’intéresse aux années durant lesquelles Dorothée animait les émissions jeunesse, de « Récré A2 » au « Club Dorothée » sur TF1. Ce livre vous immergent non seulement dans l’univers des émissions jeunesse de la Télévision, mais aussi dans l'univers de la jeunesse des enfants des années 70-90. Grâce à un habile panorama qui dépasse largement le cadre de Dorothée, ce livre vous plonge littéralement dans ne machine à remonter le temps, un peu à la manière des livres de la même collection, à qui il emprunte pas mal de documentation. Le site Pif-Collection a eu l'occasion de fournir un peu d'iconographie, et par ailleurs Pif-gadget n'a pas été oublié dans ce florilège de souvenirs.

Le livre retrace avant tout la carrière de l'actrice-spekrine, présentatrice et productrice et vous découvrirez que Dorothée ce n'était pas que les musclés ou le Club, mais aussi les émissions sur Antenne 2 avec Cabu ou encore Récré A2...

Un livre donc à offrir ou à s'offrir même si vous n'étiez pas un fan de Dorothée.

Pif héros de mon enfance

Autre madeleine que vous avez sans doute vu dans les kiosques ce numéro 23 du Collectionneur & Chineur du mois d'octobre (oui on est un peu en retard) et qui mérite de s'y attarder. Dans ce magazine du 5 octobre 2007 a vu réapparaître un nouveau dossier sur l'univers de Pif. Le journaliste Marc Noël nous a concocté un panorama des objets que collectionnent les amateurs de Pif. Ce dossier est tout aussi passionnant que ses précédents parus dans la Vie du Jouet. Rappelons que le Collectionneur & Chineur est né de la fusion de la Vie du Collectionneur et de la Vie du Jouet aux éditions LVA.

Après avoir passé en revue les gadgets de Pif (voir Vie du Jouet n°103 de septembre 2004), Marc Noël s'est intéressé aux collectionneurs en prenant comme support Harold Pain, collectionneur qui s'est fait rare sur le site depuis sa création, et c'est bien dommage au vue de ses petits trésors, magnifiquement mis en situation par les photos de Marc Noël...

Harold Pain devant sa collection (photo Marc Noël © éditions LVA )
Thermomètre Vaillant illustré par Nicolaou (photo Marc Noël © éditions LVA )

Ce dossier comprned 6 bonnes pages où vous avez la possibilité de voir bon nombre de raretés comme ce thermomètre Vaillant illustré par Nicolaou. Les photos présentent les objets de l'univers de Pif par catégorie (vaisselle, habits, calendriers, versions étrangères...). Un numéro à commander auprès de l'éditeur si vous l'avez manqué.

les habits Pif (photo Marc Noël © éditions LVA)
la vaisselle Pif (photo Marc Noël © éditions LVA)

<- Lire la news précédente news de Noël 2007