La magie et PIF, toute une histoire ! (2ème partie)

Pif, une revue magique...

Depuis sa création en 1969, la magie a fait partie intégrante de Pif-Gadget. En fait, elle était déjà présente dans le journal Vaillant, mais je m'intéresserai pour le moment à une période de l'histoire de la revue (1969-1976) qui a représenté une étape importante de la sensibilisation des jeunes lecteurs à la "reine des arts" : la prestidigitation.

  l’annonce d’un Pif Poche dans Pif-Gadget n°223, en 1973, avec une allusion évidente à la célèbre émission TV (“Y’a un truc”) présentée à l’époque par Gérard Majax

Une première constatation s'impose : les personnages de magiciens sont très présents dans Pif.

Le plus célèbre d'entre eux, du moins jusqu'au milieu des années 70, fut sans conteste le "Père Passe-Passe" de Cézard, dont "l'apparition", aux côtés "d'Arthur le Fantôme", remonte à 1963 et la première planche en tant que personnage principal à 1966 (dans le journal Vaillant).

Il y eut ensuite "M. le Magicien" de Mattiolli, à partir de 1969 dans Pif.

l'intégrale des "facéties du Père Passe-Passe" par cézard aux éditions Joker Deluxe
l'intégrale "M. le Magicien" par Mattioli aux éditions l'Association

2 magiciens de Pif qui ont fait récemment l’objet d’une édition qui compile leurs gags. (Il est à noter que l’éditeur des “facéties du père Passe-passe”, François Montmirel, se spécialisait auparavant dans la vente de livres et d’objets ayant trait à … la magie)

En 1976, un personnage de prestidigitateur professionnel fait un bref passage dans Pif, dans une série réaliste dont on aurait aimé voir d’autres épisodes : "Stanislas Fox", le Maître de l’Illusion.

D’ailleurs, ce héros éphémère se retrouve (dans les numéros 395 et 387) paginé bizarrement : en doubles planches transversales dans un papier différent. Aucune autre information à ce sujet, si ce n’est que l’auteur en était Jean Sanitas et le dessinateur Paul Le Guen.

planche parue dans Pif-Gadget n°395. un personnage malheureusement éphémère…

Inutile (ou presque) de le préciser, mais presque tous les personnages de la galaxie Pif ont un jour ou l’autre eu maille à partir avec la magie, dont les limites avec la sorcellerie ne sont pas toujours clairement définies…

Rahan ou Dr Justice se trouveront ainsi confrontés à des pseudos sorciers, tandis que les personnages comiques testent des pouvoirs plus loufoques…

case-titre d’un récit de "Placid et Muzo" tournant entièrement autour de la magie. (Pif-Gadget n°277)
au cours de cet épisode des "Mystères de l’Ouest" (dessiné par Gérald Forton), le personage de Gordon doit se faire passer pour un illusionniste bonimenteur, un peu à la manière de Bosco. (Pif-Gadget n°320)

Parmi tous les “poche”, les “spécial magie” sont parmi les plus beaux et les plus recherchés. Le numéro 56, par exemple, propose de nombreux tours ainsi qu’une animation (flip-book) mettant en scène PIF, un chapeau de magicien et une colombe…

Pif Poche n°56
Pif Poche n°98

En voyant cette image tirée d’une histoire en 5 planches de "Gai-Luron" (Pif-Gadget n°213), comment ne pas penser immédiatement, aujourd’hui, aux inénarrables Shirley et Dino ? Une sorte de gag prémonitoire.

Aujourd’hui, Florence Cestac nous offre un nouveau personnage à la magie facétieuse, qui prend l’apparence de la première fée scatologique de l’histoire de la BD : "la Fée Kaca !"

D’autres magiciens, pour la plupart anonymes, vont se succéder dans un endroit très particulier de Pif : "le Journal des Jeux"…

Une équipe de passionnés de Magie au "Journal des Jeux"

La création du "Journal des Jeux" dès les débuts de Pif a eu pour effet d’inclure de plus en plus souvent de la magie dans la revue. Pourquoi ? Tout simplement parce que la rédaction de Pif– avec à sa tête Richard Medioni – adorait la prestidigitation ! (voir le chapitre précédent : interview de Richard Medioni).

Nous parlerons dans un prochain chapitre des gadgets magiques. Pour l’instant, il s’agit de passer en revue l’un des aspects les plus passionnants de l’évolution du "Journal des Jeux" : la Magie.

Richard Medioni n’imaginait pas un instant ne pas inclure des explications de tours dans Pif. Mais quels tours ? Et comment les amener ?

On peut diviser en 2 grandes catégories le genre de "trucs" expliqués aux lecteurs au fil de l’évolution du "Journal des Jeux" :

1°) les paris impossibles et expériences de "Physique amusante"

Il ne s'agit pas réellement de "tours" mais plutôt de la mise en scène de procédés ou d'astuces sous la forme de défis que le public ne peut pas relever, ou bien de situations que l'on ne peut résoudre qu'en appliquant un principe auquel le public ne pense pas.

Dans le “nouveau” Pif, Richard Medioni intitule cette rubrique “Je te parie que…”, et y propose des astuces très faciles et à la portée des plus jeunes lecteurs.

"Je te parie que..." par Ric et Chicco

Tour de magie, qui est en réalité une petite expérience d’équilibrisme, dans le style des “paris impossibles”. Comparez cette astuce tirée de Pif-Gadget n° 223 (illustrée par Jac. L) et l’illustration ci-dessous, qui propose une difficulté supplémentaire !

Il existe toute une littérature consacrée aux paris impossibles et “récréations” basées sur des propriétés physiques détournées, équilibres impossibles ou phénomènes de magnétisme. Cette illustration provient de la plus célèbre source française dans ce domaine : “la science amusante de Tom Tit”, parue vers la fin du 19e siècle.

2°) Les tours de Prestidigitation et l'adaptation en réduction de trucs d'illusionnisme

Là, on adapte - souvent en réduction - des tours de music-hall ou de cabaret, l'ensemble des tours dits "de salon" (cordes, foulards, objets divers) et les tours de "close-up" (littéralement tours "en gros plan", c'est-à-dire de la magie de proximité, le plus souvent exécutée avec des cartes ou des pièces).

Problème n°1 : il faut que ces tours ne soient pas trop compliqués à exécuter (et ne requièrent aucune manipulation difficile).

Problème n°2 : la description doit en être claire et détaillée pour être compréhensible.

Une curiosité dans Pif-Gadget n°44 : un tour de magie dont l’explication est signée Nicolaou !

Richard Medioni nous a expliqué dans son interview la frustration éprouvée devant des tours aux explications incompréhensibles… et le faible espace éditorial traditionnellement alloué à la magie. Au bout d’une année de trucs plus ou moins clairement illustrés, il décidera de les mettre en scène en BD. L’idée, c’est de présenter le déroulement du tour comme une saynète complète, avec le texte dit par le magicien. L’explication du tour se retrouvant en page de solution des jeux.

Le "Journal des Jeux" connaîtra de nombreux “Spécial Magie”, propice à toutes sortes de débordements graphiques…

"Journal des Jeux" paru dans le Pif-Gadget n° 154, un tour très facile illustré par Arca

Les Magiciens du Journal des Jeux et l’évolution de la magie illustrée… (1969 – 1973)

Comme nous l’a raconté Richard Medioni, expliquer un tour de magie à un public de jeunes lecteurs n’est pas chose simple. Il faut éviter la frustration de ne pas comprendre l’explication du tour – souvent complexe – et même parfois… le tour lui-même !

Au départ, un petit texte suffisait pour expliquer le tour, accompagné d’une maigre illustration.

On remarque que le "Père Passe-Passe" servit souvent, dans un premier temps, de "caution" pour les rubriques d'explications de tours. Il n'y faisait rien de spécial mais sa présence bienveillante rendait la lecture du tour plus agréable.

Une paire de mains indéterminées venaient de temps à autre servir de cobaye au tour expliqué...

ci-dessus : tour paru dans le Pif-Gadget n°48

à droite : tour de magie paru dans le Pif-Gadget n° 24 avec tour sommairement illustré par Géo Mousseron

Pif-Gadget n°16 – l’illustration est vraisemblablement de Géo Mousseron lui-même, remise au propre par l’équipe de la rédaction

Un jour, dans le numéro 75, un petit magicien sympathique bien que furtif anima la présentation d'un tour, le temps de quelques cases. L'idée était lancée : la BD allait bientôt servir à décrire les illusions de notre spectacle imaginaire !

pour la 1ere fois, dans Pif-Gadget n°75, un personnage de magicien nous présente le tour étape par étape (illustrations de Motti)

L’idée est lancée et il y aura quelques essais différents avant de trouver la formule qui conviendra le mieux. On conservera un temps cette rubrique intitulée :” un secret de magicien”. On remarque que l’explication du tour, qui prend moins de place que sa présentation, se trouve au bas de la même page.

  un tour facile illustré par Motti dans Pif-Gadget n°80

3 personnages de magicien se succèderont ensuite pour raconter en BD un tour, voire même un véritable mini-spectacle de magie.

Pif-Gadget n°84, 1ère planche du spectacle de 3 pages illustrées par Motti
Pif-Gadget n°105, 1ère planche du spectacle de 3 pages illustrées par Jacques Tabary

Dans les 2 exemples ci-dessus, on notera que les tours sont présentés avec un texte qui n’est pas encore integré sous forme de bulles de BD. Le personnage du magicien, très jeune, arbore un costume très classique, avec chapeau haut de forme, smoking… J’ai également retrouvé, dans le Pif-Gadget n°86, un personnage (illustré par Motti ?) dont la ressemblance avec le célèbre "Mandrake le Magicien" est troublante.

Un autre magicien, plus distingué, alternera parfois avec ceux de Motti et Tabary

Un autre magicien, plus distingué, alternera parfois avec ceux de Motti et Tabary. Ce magicien à la fine moustache sera également dessiné par Gring, qui illustra longtemps le Journal des jeux.

"Journal des Jeux" paru dans le Pif-Gadget n°128 avec Gilbert Richard comme invité

Dans ce Pif-Gadget n°128, le magicien dessiné par Gring présente le tour avec un “boniment” sous forme de vraies bulles de BD. Gilbert Richard, animateur du "Cirque Pif" se retrouve sur le côté (ndlr : retrouvez Gilbert Richard dans le dossier : Gilbert Richard vous présente le Cirque Pif). A noter : l’explication des tours se cache désormais en page de solutions des jeux.

Jacques Tabary devient peu à peu le dessinateur attitré pour illustrer les tours mis en scène par Richard Medioni, à partir de tours proposés par Géo Mousseron.

Un véritable personnage va faire son apparition et revenir d’une manière plus régulière présenter des tours de magie en une planche : "Monsieur Magie". Ce sera le magicien récurrent du "Journal des Jeux" jusqu’à la rentrée de septembre 1975. Ce personnage dévoile ses tours dans une ambiance de petit théâtre de magie, avec rideau de scène, etc. C’est une vraie BD dans laquelle on retrouve des spectateurs qui semblent tout droit sortis des aventures de Totoche ! Remarque importante : les explications se retrouvent à nouveau en bas de la planche de présentation du tour, sauf lorsqu’il s’agit d’un “spectacle” complet. Ce magicien nous propose également sa formule magique inédite : “Abracadabra-Fouchtra !”… dont j’attends toujours qu’on me fournisse l’origine !

Très joli tour de « mentalisme » illustré par Jacques Tabary dans Pif-Gadget n°271

… mais pourquoi « fouchtra » ??

Avec le départ de Richard Medioni de la rédaction de Pif en 1973, c’est une page de la magie dans Pif qui s’interrompt également. Roger Dal est désormais le responsable du "Journal des Jeux" et il semble moins intéressé par l’illusionnisme que ne l’était son prédécesseur. Mais l’aventure de la magie dans Pif n’est pas terminée ! Après cet « âge d’or », il y aura d’autres aventures magiques…. Dont je parlerai dans le prochain chapître, consacré aux Pif-Gadget avec Gadget magique. A suivre...

Jean-Luc Muller