Ce dossier vous permettra d'appréhender la découverte ou la redécouverte de ces petits formats de poche qui ont duré pendant 30 ans avec quelques 321 numéros. N'oubliez pas de passer voir la galerie des couvertures de tous les Pif Poche qui s'étoffera rapidement.

Pif Poche (1962-1992)

À tout seigneur, tout honneur, nous allons bien évidemment commencer la saga des Poches aux éditions Vaillant, par celle de "Pif", qui démarra en cette fin d’année 1962.

Avec Madeleine Bellet, directrice de la publication, et Roger Lecureux, alors rédacteur en chef, la nouvelle publication 100 jeux, 100 gags est donc lancée au prix de 1,50 francs. La parution est d'abord trimestrielle et un abonnement à 5,40 francs est proposé aux lecteurs.

Curieusement, les deux premières couvertures sont signées Roger Mas, mais à y regarder de plus près, la couverture du n°2 comporte deux signatures, elle semble bien avoir été dessinée par Arnal mais la signature de R. Mas est aussi présente. Les couvertures suivantes et les strips étaient d’Arnal. La quatrième de couverture représente Pif tenant un panneau, faisant la publicité des différentes publications Vaillant.

En observant ces 30 couvertures, vous remarquerez que Hercule apparaît dans les cinq premiers numéros, réapparaît une fois sur celle du numéro 9 et disparaît jusqu'au numéro 38.

Crespi et Kamb, entre autres, participent à cette nouvelle aventure. Curieusement aussi, à l’avant-dernière page, il est signalé que « les dessins de Pif sont de C. Arnal »… donc le reste est de Mas (?).

Les strips mettent en scène l’environnement familier de Pif, surtout Doudou et Tonton : Pif subit Doudou et inversement, Tonton subit Pif.

Pour le plaisir, voici la première blague du premier Poche :

"Voyons, vous voulez vraiment vous engager dans la Marine ? Vous connaissez les conditions : il faut savoir nager !
- Tiens, pourquoi ? Il n’y a plus de bateaux ?"
De bonne augure pour la suite, non ?

publicité dans Vaillant n°933 du 31 mars 1963

À partir du numéro 2, Claude Boujon est signalé en tant que rédacteur en chef (à noter : dans le n°5 il est mentionné "J. Boujon").
Le succès est au rendez-vous et tout va très vite. Dès le numéro 4, l’annonce du prochain Poche, Group-Group, est publiée, dans le numéro 5, c'est au tour de Placid & Muzo et dans le numéro 7, Arthur le fantôme : les annonces sont accompagnées d’un strip signé par leurs auteurs comme Monzon ou Cézard. Dès ce numéro 7, d’ailleurs, Roger Mas est crédité des dessins de Pif en fin de fascicule… alors que, certains strips sont directement signés Arnal. Encore une énigme vaillantesque !

auto-publicité pour Arthur Poche
auto-publicité pour Gai-Luron Poche

La couverture mise à part, le numéro 10 est la prise de relais complète des strips par Roger Mas. C. M. Laurent, Géo-Mousseron et le mystérieux R.G. rejoignent les collaborateurs des Poches en signant quelques pages des jeux. Les Poches boostent les éditions Vaillant qui se lancent, en 1963, dans de nouvelles parutions, comme et Images et Aventures, la collection d’albums de Vaillant avec Arthur, Totoche, Les Pionniers… et Sélection Spéciale, en 1965, avec nos héros comiques, Pif, Placid & Muzo et Pifou.

Une petite curiosité est aussi créée en 1966 : les Pif Poches-Géants regroupant un exemplaire de chaque série (Pif, Placid & Muzo, Arthur). Une idée qui sera reprise plus tard avec la reliure de plusieurs Poches d’une même série.

Pif Poche Géant n°1 (+ Arthur Poche
+ Placid et Muzo Poche)
Pif Poche Géant n°2 (+ Group Group
Poche
+ Placid et Muzo Poche)
Pif Poche Géant n°3 (recueils de
Pif Poche
n°34 à 36)

La cadence s’accélère avec le numéro 14 qui sera le dernier trimestriel, les prochains devenant des bimestriels.
Le numéro 15 comporte un bon pour commander un des cinq porte-clés, il annonce le nouveau Totoche Poche et surtout, consacre Roger Mas comme le grand gagman et dessinateur de Pif en signant chacun de ses strips. Pierre Bellefroid devient directeur de la publication, et Georges Rieu, rédacteur en chef.
Le numéro 16, lui, annonce la sortie de Pifou Poche pour octobre 1966.
Le numéro 18 terminera cette année 1966 sur un constat encourageant ; Cinq titres à succès puisque, pour les plus récents, ils parurent entre dix et quinze ans et pour les plus anciens, Pif et Placid & Muzo, une trentaine d’années.
En mars 1967, dans le numéro 20, est annoncé Les As Poche , de façon confidentielle (?) et Gai-Luron Poche de façon drôlissime par son propre héros, entouré, summergé de livres dans lesquels on retrouve :

"Je cultive mon potager" par… Kalkus (Mandryka)
"Mes 15 ans à la santé" par… J. Tabary
"Les primitifs flamands" par… Greg

Le numéro 21 annonce L’Insaisissable Poche qui aura une durée de vie très courte, 4 numéros. Pif Poche devient mensuel. Surtout ce numéro annonce la venue d’une grande vedette de l’époque dans ses pages.

Orné d'un nouveau logo, le numéro 22 voit Pif accompagné de Maurice Biraud, comédien célèbre et animateur radiophonique non moins célèbre, qui va participer pendant plus d’un an à 14 numéros (du 22 au 35). Les couvertures sont toujours dessinées par Arnal, mettant en scène Pif et Bibi. Arnal assurera aussi les illustrations de Pif et de Maurice Biraud Bibi (surnom affectueux du comédien) ira de son petit édito, de ses pages-blagues et de ses rubriques telles que "Ce que vous n’apprendrez jamais à l’école" dans laquelle il réécrit l’histoire ou la petite histoire de la Princesse et du Prince Charmant qui sont tellement vilains, qu’ils ne se marièrent pas et n’eurent jamais d’enfants :o)
Dans le numéro 23, il signera même une nouvelle, qui avait pour héros, "Jim Nass" l’agent secret qu’il emmènera jusqu’au numéro 31. A partir du 25, ce sera au tour de "Les Enquêtes du Commissaire Pillière" illustré par Arnal.

Dans le numéro 26, nos deux compères annoncent une grande nouvelle ; le lancement de l’abonnement d’un an pour 16 francs. L’abonnement initial aurait-il été abandonné en cours de route ?
Le numéro 30 sort au moment des Jeux Olympiques de Grenoble, en février 1968, ce qui donnera l’occasion de rappeler quelques faits olympiques. Une petite entorse à la formule des gags sera commise en publiant des histoires complètes :

Avec le numéro 31, dont le prix vient de passer à 2 francs (6 ans à 1,50 francs, un record en soi !) une surprise attend le lecteur, qui, arrivant à la fin de son passionnant Poche, découvre la BB Poche magique, gratuite ; la bibliothèque.

Cette petite étagère supporte 8 Poches et est censée tenir seule au mur, sans clous, sans vis. Deux vignettes sont nécessaires ; une, est offerte, une autre, découpée dans n’importe quel Poche. Le lecteur remplit un formulaire, ajoute 1,50 francs et le tour est joué.

Il faut dire que les arguments sont impitoyables face au jeune lecteur incrédule :
"LA BIBLIOTHÈQUE POCHE MAGIQUE est légère comme une plume. Solide, elle supporte 8 volumes de la « série poche comique » et plus ! Elle est jolie. Ses arabesques noires se déroulent harmonieusement sur un fond nacré. Elle sera du plus bel effet dans votre chambre".

Le lecteur est piégé et au cas où il aurait un doute, dans le numéro 35, en quatrième de couverture, une photo d’un coin de chambre, la mettant en scène, l’effacera. Promotion qui durera sur 6 numéros.

couverture du Pif Poche n°35
publicité pour la bibliothèque

Ce numéro 35 clôturera la collaboration de Pif avec Maurice Biraud, à la veille des vacances scolaires de 1968. Les numéros 36 à 40 termineront tranquillement l’année 1968 avec un petit dessin animé Pif, le boxeur dans le 36.

Avec les numéros 41 et 42, en ce janvier 1969, devait démarrer une série de Poches avec un dos illustré, jeu à découper ; Le jeu de la fusée pour ce numéro 41. Le démon de la consommation était revenu à la rédaction au grand dam des collectionneurs d’aujourd’hui ; que de dos découpés !
Heureusement, un grand événement retarda cette hérésie, malgré les pages d’annonces sur le prochain Vaillant, le journal de Pif.

publicité pour Pif-Gadget n°1
(Pif Poche n°43)
publicité pour les As Poche n°1

Pif gadget venait de naître en cette fin février 1969, et pendant 7 mois, la quatrième de couverture servit de support publicitaire à cette nouvelle publication. À noter que l’ensemble de la couverture (2ème, 3ème et 4ème plats) du numéro 43 (de mars 1969), sauf la couverture (1er plat), fut consacré à Pif gadget. A noter que la règle du jeu du numéro 41 avait été oubliée.

4ème plat de couverture du Pif Poche n°41
4ème plat de couverture du Pif Poche n°42

Et c’est donc avec le numéro 50, que débute la série des dos-jeux, et qui débutera notre prochain article sur Pif Poche.

Mariano Alda

(à suivre)

N'oubliez pas de visiter :

les couvertures de Pif Poche du n°1 à 30

les couvertures de Pif Poche du n°31 à 60