Pif-Gadget en Roumanie : une longue histoire

Dans cette rubrique découvrez comment Pif-Gadget est perçu en Roumanie.

Histoires roumaines (1)

Un des membres de la rédaction de Pif-Collection est déjà allé en Roumanie en voyage humanitaire en 1991 deux ans après la chute du régime de Ceausescu, il a pu constater l'importance que jouait la France, historiquement et culturellement :

"Les roumains ont été très accueillants, tous rêvaient de venir vivre en France, c'était impressionnant de se rendre compte qu'ils connaissaient autant notre pays. J'ai rencontré un roumain à Bucarest qui m'a ouvert les tiroirs de la commode de sa chambre, il avait la collection de tous les rouges précieusement conservés ! Il avait appris à lire avec. Des numéros récents de Pif-Gadget pouvaient s'acheter au marché noir pour même pas un franc".

Voici un texte, retrouvé sur le site du sénat français qui explique la proximité franco-roumaine :

"La proximité de la France avec la Roumanie découle du rôle joué par Napoléon III dans la création de l'Etat roumain, puis du choix anti-allemand des deux pays durant la Première guerre mondiale. La proximité linguistique et culturelle est à son apogée entre les deux guerres mondiales, et Bucarest alors surnommé « le petit Paris ».

Malgré l'instauration du régime communiste, la diplomatie originale envers Moscou conduite par Ceaucescu séduit certains dirigeants occidentaux, dont le général de Gaulle, qui se rend en Roumanie au printemps 1968. Parallèlement à ces liens politiques et culturels, les relations économiques sont soutenues, notamment ,grâce à l'implantation en Roumanie d'usines de construction automobiles sous l'égide de la société Renault. Ces relations multiples, qui s'étaient considérablement altérées dans les années 1980, ont repris un nouvel essor avec le tournant de 1989." (source : senat.fr)

Sur la population totale de 22.500.000 de roumains, la francophonie se répartit ainsi 25 % de locuteurs, 2,2 millions d'apprenants, soit 50 % des effectifs scolarisés (contre 33 % pour l'anglais).

Histoires roumaines (2)

Pif-Gadget a été ainsi suivi et lu par beaucoup de roumains et cela se constatait dans le courrier des lecteurs et des petites annonces. Apèrs la chute du régime de Ceaucescu en 1989, les envois du journal purent redémarrer et dans le numéro 1095 de fin avril 1990, une rubrique "Cher Pif" était consacrée au courrier reçu de Roumanie. Voici une sélection de deux témoignages.

"Salut les Pifos ! Salut les Pifettes ! Cette semaine, nous allons laisser la place à pas copains et copines de Roumanie. J'ai reçu, en effet, quelques jours à peine après la chute du dictateur de ce pays, un courrier si abondant, si émouvant, que j'ai tenu à ce que vous en preniez connaissance.
Depuis de très nombreuses années, "Pif" n'était plus en vente en Roumanie ; et pourtant, il est toujours connu et aimé de tous ; les parents en parlaient à leurs enfants. de vieux exemplaires précieusement conservés étaient lus et relus... Aujourd'hui, Pif revient en Roumanie, et il en est vraiment très heureux."

PIF

"Je m'appelle Dan, et je suis un de tes plus fidèles lecteurs, ici, en Roumanie. "Pif" a été le compagnon de toute mon enfance (j'ai 21 ans maintenant). Grâce à lui, j'ai découvert la France, les Français... Grâce à lui,
j'ai appris la langue française. J'ai découvert beaucoup de choses dans Pif : des choses sérieuses, merveilleuses, gaies, un monde dans lequel je pouvais réver librement. Hélas, Pif a disparu depuis longtemps de nos kiosques... Ainsi, j'ai été privé de cette joie de lire Pif.

J'ai maintenant une collection de 300 numéros de Pif et de 15 de Rahan, que j'ai lus et relus, je les connais par coeur ! Pour nous, les Roumains, Pif a cessé d'exister depuis 1983. Vous vous rendez compte ! Je ne sais intime pas comment il est maintenant. Alors, Pif, tu existes ? Tu es vivant ? Je veux tellement te dire : "Salut ! Ça va ?!", m'amuser avec toi, avec Hercule, Placid et Muzo, Léonard. Les enfants de Roumanie ont le droit, maintenant, de te connaître en liberté ! Souvenez-vous, mes amis français, de la main de Pif, sur laquelle était écrit : "Je un suis un enfant du monde"... J'ai tellement de choses à vous dire l Salut la France et les copains, l'amitié est de retour entre nous ! Vive la liberté, la joie et le plaisir de rire !"

Dan C...

"Ce dessin m'a aie envoyé par Tudor F.... Il représente Pif assailli par le dictateur Ceausescu. Alors, voici le message que je voudrais vous lancer, à vous tous les Pifos : Répondez nombreux a tous vos copains de Roumanie. lis parlent formidablement bien le français et seraient très heureux d'avoir des correspondants. Je sais que. la encore, je peux compter sur vous. Bisous à tous et à bientôt."

Histoires roumaines(3)

Il y a de cela quelques jours, le compteur de visites de Pif-Collection a explosé à cause de la publication d'un article sur un site d'informations roumain. Nous vous épargnerons la traduction, beaucoup d'erreurs ont écrites mais il a eu le mérite de faire découvrir le site à de nombreux roumains. Le journal s'appelle "Evenimentul Zileil" (L'Événement du jour), et l'article est paru le 1er juillet. (suivez cette adresse)

Nos amis roumains ont une place toute particulière dans le cœur des Pifophiles.
En Roumanie, en effet, Vaillant puis Pif Gadget déchaînèrent les passions pour deux raisons: le cousinage de nos langues et le fait que ces journaux français étaient les seuls à parvenir en masse dans un pays où la presse pour la jeunesse était particulièrement indigeste et souffrait d’une absence presque totale de bandes dessinées.

Depuis la sortie du livre "Pif Gadget, la véritable histoire", je suis entré en contact avec de nombreux Roumains, dont certains vivent aujourd’hui en France. C’est le cas de Vladimir Mihai Pacuraru, qui m’a fait le plaisir de me rendre visite.

L’histoire de sa famille est intimement liée aux Éditions Vaillant. Tout commence par la passion du grand-père de Vladimir qui découvre Vaillant après la guerre, chez lui en Transylvanie. Les numéros qui parviennent en Roumanie sont alors rares et, comme il a pour passion la reliure, il relie de façon artisanale ces numéros afin que son fils Dan-Constantin puisse un jour les consulter sans les abîmer.
Dan-Constantin découvre donc les Vaillant reliés de son papa et devient tout naturellement lecteur et collectionneur de Pif Gadget dès sa sortie en 1969.
Dès que son fils Vladimir est en âge de lire, Dan-Constantin décide de lui apprendre le français uniquement en utilisant les Pif Gadget collectionnés.
«Mon père m’installait sur ces genoux, ouvrait le Pif Gadget et il me traduisait les bulles une à une, et moi je mémorisais les mots que je lisais.»
Et c’est donc tout naturellement que Vladimir a décidé de s’installer à Paris voici deux ans. Il a 25 ans et entame une carrière d’informaticien.
Son père et sa mère viendront pour la première fois en France en août et il est inutile de vous dire le plaisir que j’aurai à les recevoir avec d’autres amis de Pif-Collection.

Richard Medioni