Le Rahan n°2 roumain

Les éditions "Lécureux Productions" avec Jean-François Lécureux et André Chéret continuent leur belle aventure commencée dans l'hebdomadaire Pif-Gadget il y a de cela près de 35 ans ! Sylvain Mundschau vient de recevoir le numéro 2 du Rahan roumain qui vient de sortir, c'est un événement pour les amateurs, il nous en fait ici une description :

le nouveau Rahan roumain n°2
Rahan nouvelle collection n°31

Comme le premier numéro, il est agrafé et la couverture est imprimée sur papier glacé. Les pages intérieures sont en papier fin crissant de type papier journal, un peu plus épais que pour le premier numéro. L'éditeur nous avait promis d'améliorer la qualité des suivants, ce numéro lui donne raison. En effet, le premier numéro avait les pages si fines que les illustrations se voyaient d’une page à l’autre en transparence. Ce désagrément est moins flagrant cette fois-ci. On comprendra aisément que la priorité a été donnée au prix de revient pour que ces numéros soient accessibles à la plupart des lecteurs roumains ; une politique tout à fait honorable, mieux vaut une publication accessible à tous, plutôt que réservée aux plus fortunées. Ce qui n'empêcherait pas que l'éditeur puisse sortir un jour, selon la demande, une intégrale en roumain en qualité album. Le principal souci de l'éditeur étant aujourd'hui de trouver un bon compromis entre prix de revient et qualité du magazine.

le nouveau Rahan roumain n°2
Rahan nouvelle collection n°31

Avec la couverture, Sylvain a joué au jeu des 7 erreurs et en a décelées certaines :
Contrairement au premier numéro qui présentait une illustration originale, nous retrouvons cette fois-ci, l’illustration du bimestriel Rahan n°31 de la 2ème série. En les comparant, réflexe inévitable du collectionneur curieux, la couverture d'origine a été visiblement retouchée à l’ordinateur.

le nouveau Rahan roumain n°2
Rahan nouvelle collection n°31

Ceci est surtout visible dans l’illustration centrale, mais aussi au niveau du logo en médaillon de Rahan, où le visage a subi un léger lifting.

Au jeu des erreurs, la signature de Roméro a disparu et le lettrage est inhabituel dans les publications Rahan. Au niveau des histoires, les récits complets du n°31 ont été pour la plupart repris, seul le quatrième n'est pas repris dans la version roumaine ("Les femmes oubliées"), chacun étant dessiné par Roméro (mais non signés dans cette version). Il s'agit donc de : "Le fantôme du lagon", "Le maître des ombres", "L’offrande". Le Rahan roumain reprend les trois premières histoires.

Il faut noter que, comme dans le premier numéro, le reportage central s’efforce d’être en relation avec l’une des histoires. Le rédactionnel du n°1 avait pour thème "l’oiseau géant préhistorique", le n°2 aborde lui, "la vie des méduses" évoquée dans l’histoire « Le fantôme du lagon ». Pour anecdote, le n°31 en version française traitait, lui, des "outils de chasse préhistorique".

Il n'y a pas malheureusement toujours pas de gadget pour l’édition roumaine, mais comment ne pas le comprendre. Dans un pays comme la Roumanie, quel prix de vente atteindrait la publication s'il lui était adjoint un gadget ? Il faut savoir qu'un gadget représente un lourd budget consacré à la recherche et à la fabrication, véritable objet produit en série. Le budget ne le permet pas donc pour l'instant, de plus, il serait difficile de retrouver les moules d’origine des gadgets des éditions Vaillant, d'où création et/ou adaptation de gadgets existants.

la page 2 du Rahan roumain n°2
la page 3 du Rahan roumain n°2

Vous noterez le bulletin d'abonnement en bas de la page de droite, l'abonnement est un bon apport nécessaire à la création d'un magazine, de plus, cela lui sert aussi de taux d'audience.

Un détail qui devrait surprendre les puristes, des pages publicitaires sont insérées en première et dernière page et en quatrième page de couverture. Les moyens ne sont vraisemblablement pas les mêmes que ceux des éditions Vaillant, et la publicité est nécessaire au financement des premiers numéros, et certainement des suivants. Du moins, c'est le souhait que nous formons, que cette belle aventure de Rahan en Roumanie continue et permettent à tous ces lecteurs de découvrir ou redécouvrir les aventures du héros de Roger Lécureux et André Chéret, dans leur langue maternelle, le roumain.

La suite dans quelques semaines…